UFC Que Choisir de Nancy et environs

Tarification à la seconde : l'enlisement

Tout d'abord, la tarification à la seconde n'est pas une réalité pour tous. 17 millions de clients du " prépayé " sont exclus de facto (à une exception près). Sur ces cartes, chaque client perd, selon l'opérateur, 30 % à 40 % de son temps de communication.

Ensuite, l'UFC-Que Choisir révèle que pour une grande partie des consommateurs, la tarification à la seconde proposée est conditionnée soit à une augmentation du prix, soit à une obligation d'augmenter fortement sa consommation.

Conscient des risques mais placés dans l'impossibilité de se déterminer par rapport à ces nouvelles offres, des millions de consommateurs ont préféré le statu quo et continuer à se soumettre à des paliers de facturation.

Au total, seuls 25 à 30 % des utilisateurs en France profitent d'une tarification normale.

Sur la base de ces constats, pour sortir de l'enlisement dans lequel les opérateurs nous installent et répondre à la demande urgente d'informations des consommateurs, l'UFC-Que Choisir :

Met sur son site wwwquechoisir.org à la libre disposition des consommateurs un outil personnalisé pour évaluer l'intérêt de migrer vers une offre à la seconde aux conditions actuelles.

Interpelle les Parlementaires par une lettre ouverte en leur demandant au nom des principes régissant l'économie de marché, dans le respect de la liberté du commerce et de l'industrie, d'ériger en norme impérative le principe du décompte du temps à la seconde dans les communications téléphoniques.

Réfléchit à l'opportunité d'un recours à l'encontre des opérateurs pour manquement au devoir de transparence inscrit dans la Directive 98/10.

Le consommateur retrouvera ses droits lorsque les opérateurs n'auront plus la possibilité de jongler avec les modalités de décompte du temps.

Une tarification à la seconde pour tous est à la fois simple, honnête, sans surprise, techniquement et économiquement possible.

Document publié le 17-12-2002

Retour à la page principale