UFC Que Choisir de Nancy et environs

Téléphonie fixe et mobile : des prix enfin comparables ?

Tout comme le poids ou la longueur, la durée des communications téléphoniques ferait enfin l’objet d’une normalisation : les opérateurs ne pourront plus facturer 60 secondes une communication de 5 secondes.
Puisqu’ un paquet d’ 1 Kg de farine correspond effectivement toujours à 1 kg, on ne voit pas pourquoi une communication de 24 ou 72 secondes ne serait pas facturée 24 ou 72 secondes.

Or, aujourd’hui nous constatons que :

- Les opérateurs fixes appliquent plus de 45 crédits temps différents,
- à lui tout seul, le prix du crédit temps explique plus de 50 % du coût des appels,
- ces opérateurs font varier la durée ou le prix de ces crédits temps,
- les opérateurs mobiles, eux, utilisent toujours les paliers de facturation dont la première minute dite indivisible. Plus de 25 millions de clients y sont encore soumis.
Ainsi :

- Tous les prix/minute affichés par les opérateurs sont faux,
- personne ne peut dire quel est le coût/seconde, c’est à dire le prix réel de ses communications,
- personne ne peut correctement comparer les offres des opérateurs.

Cet amendement n’a pas pour objet et n’aura pas comme résultat de restreindre la liberté commerciale des opérateurs. Ceux-ci pourront librement continuer à proposer des forfaits d’heures ou tout autre mode de commercialisation de leurs services à un niveau de prix laissé totalement libre.
Mais dans tous les cas, le décompte du temps de communication se fera à la seconde de sorte que le temps facturé soit égal au temps réellement consommé.

L’amendement mettra fin à cette opacité généralisée. Tous les opérateurs devront réviser leur structure tarifaire dans le sens d’une plus grande transparence.

Mercredi 7 janvier, il serait impensable que les parlementaires n’adoptent pas une disposition cruciale d’intérêt général qui concerne 74 millions de souscripteurs en France.

Document publié le 06-01-2004

Retour à la page principale