UFC Que Choisir de Nancy et environs

Renouvellement des licences GSM : le cadeau de l’Etat doit se traduire par une baisse des prix

Le marché du mobile, peu de personnes ne le contestent y compris le Gouvernement, est un marché d’entente. Les consommateurs sont en droit d’attendre une baisse significative des prix, en particulier pour les SMS.

En effet, à 5 centimes d’euros l’unité, le SMS dégage encore une marge brute de 47 % et, à ce prix, les jeunes consommateurs auraient économisé 650 millions d’euros en 2003. Depuis 1999, le prix moyen d’un SMS est fixé à 13 centimes d’euros l’unité et les opérateurs récupèrent une marge brute de 80 %. Les récentes offres forfaitaires mises sur le marché relèvent plus de la duperie que d’une réelle remise en cause de la cherté du SMS. L’association rappelle qu’elle a saisi sur ce sujet le Conseil de la Concurrence pour abus de position dominante collective en novembre 2003. Enfin, à la demande de l’UFC-Que Choisir, le Bureau Européen des Consommateurs (BEUC) a lancé une étude pan-européenne sur le SMS. Les résultats seront présentés aux commissaires Byrne et Monti au printemps 2004.

L’UFC-Que Choisir est déterminée à faire éclater l’entente tarifaire sur le prix unitaire du SMS et demande à l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART) d’user de ses nouveaux pouvoirs de régulation pour rétablir la concurrence sur ce marché de grande consommation.

Document publié le 19-03-2004

Retour à la page principale