UFC Que Choisir de Nancy et environs

1856 - Les tromperies sur les sangsues

Nancy, le 22 juillet 1856.

LE PRÉFET DE LA MEURTHE, Officier de l'Ordre Impérial de la Légion d'Honneur,

A MM. les Maires et Commissaires de police du département.

MESSIEURS,

L'attention de M. le Ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, a été appelée depuis longtemps sur un genre de fraude qui se pratique trop souvent dans le commerce des sangsues : cette fraude consiste à livrer, pour l'usage médical, des sangsues con­tenant dans leurs poches digestives une quantité plus ou moins consi­dérable de sang, qu'on leur a fait absorber afin d'augmenter leur volume et leur poids. Une pareille manoeuvre tombait sous l'application de l'article 423 du Code pénal : aussi a-t-elle été l'objet d'un assez grand nombre de poursuites et de condamnations.

Mais il n'y a pas là seulement une fraude commerciale : il peut y avoir dommage pour la santé publique, puisque les sangsues gorgées, ne prenant sur le malade qu'une faible quantité de sang, ou même n'en prenant pas du tout, trompent les intentions du médecin et peuvent rendre ses prescriptions inefficaces. Les sangsues gorgées sont, par le fait, un médicament falsifié, auquel s'appliquent les dis­positions des articles 1er et 2 de la loi du 27 mars 1851.

Il est à désirer que les sangsues ne soient vendues que tout à fait pures de sang étranger; c'est là le but auquel on doit tendre, et il n'est pas douteux que les éleveurs, auxquels les avertissements néces­saires seront adressés à ce sujet, ne puissent y arriver, quel que soit le mode d'alimentation des sangsues, en soumettant ces annélides à un jeûne suffisamment prolongé avant de les livrer au commerce. Cepen­dant, comme il serait maintenant impossible de se procurer un nombre suffisant de sangsues complètement exemptes de sang, il a paru convenable à M. le Ministre de l'Agriculture et du Commerce d'accorder provisoirement une certaine tolérance. Cette tolérance, le comité consultatif d'hygiène publique a pensé, après des essais faits sur des sangsues prises chez plusieurs pharmaciens de la capitale, qu'elle pouvait être fixée à 15 p. 0/0 du poids net de l'animal, con­formément aux clauses des derniers marchés passés pour la fourniture des hôpitaux de la guerre et de la marine. En conséquence, à partir du 1er janvier 1857, délai qui est reconnu suffisant pour mettre le commerce consciencieux en mesure de préparer des sangsues bonnes et marchandes, ne contenant pas plus de 15 p. 0/0 de leur poids de sang étranger, vous devrez tenir la main à ce qu'il soit usé de sévérité vis-à-vis des débitants qui dépasseraient cette limite. En attendant l'expiration du terme qui vient d'être indiqué, le tolérance pourra s'exercer jusqu'à la quantité de 25 p. 0/0 du poids net, mais ne devra jamais excéder cette proportion.

Il est bien entendu que, fussent-elles tout à fait exemptes de sang, des sangsues devraient être saisies si elles étaient trouvées de mau­vaise qualité ou dans un état maladif.

L'approvisionnement des sangsues devant se renouveler fréquem­ment dans le commerce de détail, il importerait que les vérifications fussent souvent réitérées. Chez les pharmaciens , les visites ne peuvent être faites que par les professeurs des écoles de médecine et de pharmacie ou par les jurys médicaux; mais vous devez me signaler les pharmacies qui auraient vendu des sangsues contenant une quan­tité de sang excédant la tolérance admise, afin de me mettre à même d'ordonner la visite extraordinaire de ces officines. Quant aux dépôts de sangsues tenus par des herboristes, des droguistes ou tous autres marchands auxquels on permet ce genre de commerce, ils devront être l'objet d'une surveillance particulière. Dans les lieux qui sont éloignés du siège des écoles ou des jurys médicaux, rien ne s'oppose à ce qu'ils soient inspectés, sous l'autorité du Maire, par un commissaire de police, assisté d'un médecin ou d'un pharmacien désigné par le Maire à cet effet.

L'inspection ne doit, du reste, s'exercer que sur les sangsues mises en vente pour être appliquées à l'usage médical : vous n'aurez donc pas, en général, à vous occuper de celles qui se trouvent en entrepôt.

Vous devrez d'ailleurs apporter à vos opérations tous les soins né­cessaires pour qu'elles offrent la double garantie d'efficacité et d'im­partialité que le public et le commerce doivent désirer.

Je joins à cette circulaire l'instruction du Comité consultatif d'hygiène publique, sur les moyens de reconnaître le gorgement des sangsues.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très-dis­tinguée.

Le Préfet,

Albert LENGLÉ.

 

 

MINISTERE DE L'AGRICULTURE, DU COMMERCE ET DES TRAVAUX PUBLICS.

Comité consultatif d'hygiène publique.

INSTRUCTION
Sur les moyens de reconnaître le gorgement des sangsues.

Pour s'assurer que la proportion de quinze pour cent du poids de l'animal n'est pas dépassée, les personnes chargées de l'inspection prendront, au hasard, quelques sangsues de chaque provenance et de chaque sorte dans les boutiques et magasins dont elles feront la visite. Ces sangsues, après avoir été essuyées avec du papier joseph ou un linge usé, seront pesées, puis immergées pendant deux minutes dans une dissolution saline tiède ; on fera sortir ensuite tout le sang qu'elles contiennent, en les pressant longitudinalement, suivant la méthode ordinaire; elles seront pesées de nouveau, et la différence des pesées donnera la proportion de sang qu'elles n'avaient pas encore digéré.

Il est bien entendu qu'une sangsue ne doit pas être reconnue bonne par cela seul qu'elle ne céderait pas, à la pression, une proportion de sang supérieure à celle qui vient d'être indiquée. Tous les médecins, tous les pharmaciens connaissent les caractères extérieurs qui per­mettent de distinguer une sangsue propre à l'usage médical de celle qui doit être rejetée; il n'est pas besoin de les leur rappeler ici, et ceux qui seront chargés de l'inspection ne manqueront pas de faire saisir les sangsues qu'ils trouveraient dans un état maladif ou de mauvaise qualité, lors même qu'elles ne contiendraient pas un atome de sang étranger.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale