UFC Que Choisir de Nancy et environs

1818 - L'asile de Mareville

Cet intéressant établissement, connu depuis si long­temps pour le traitement de la folie, vient d'éprouver une heureuse révolution, qui assure à jamais sa conservation, sa prospérité, et le bien-être le plus parfait des aliénés et des autres individus qu'il renferme.

D'après le voeu du conseil - général du département , émis dans deux sessions successives , par arrêté du 25 février 1817, approuvé de S. Exc. le ministre de l'intérieur, M. le préfet de la Meurthe a remis l'administration de cette maison, aux soeurs hospitalières de la congrégation de Saint - Charles ; et tous les bons citoyens , amis de l'ordre et de ce qui est utile et louable , applaudissent, à l'envi , à l'exécution de cette mesure salutaire, vainement tentée par tous les préfets de ce département , qui en avaient reconnu l'indispensable nécessité.

Ces honnêtes religieuses ont pris possession de cette maison , le 1er  janvier 1818 , et on s'empresse de faire connaître ce favorable événement aux fonctionnaires de tous les ordres , et aux personnes qu'il peut intéresser particulièrement.

La maison de Maréville , située a une demi-lieue de Nancy, est un des établissements les plus considérables de la France, pour le traitement des insensés. Elle en re­çoit d'un grand nombre de départemens environnans, au compte de ces départemens mêmes ou des familles.

Des bâtimens étendus , dans un vaste enclos, offrent des logemens sains et sûrs , la facilité de placer des pensionnaires , les différens sexes , et les différens genres d'aliénation , dans des quartiers séparés , et de procéder au traitement méthodique et complet de la folie.

Des bâtimens particuliers sont destinés à loger et traiter les sujets atteints d'épilepsie.

Cette maison continue aussi de recevoir en correction les jeunes gens des deux sexes , que leurs parens se voyent obligés de punir, en se conformant préalablement aux dispositions du titre IX du code civil , sur la puissance paternelle. Ces individus y sont traités , même en cas de maladie , suite de libertinage , ou en cas de grossesse. Leur séjour, dans une maison d'aliénés, quoique dans des quartiers séparés , est un moyen puissant de leur faire faire d'utiles réflexions sur leur conduite passée , indépendamment des sages leçons et des avis salutaires qu'ils reçoivent des bonnes religieuses qui les gouvernent.

Un air très-pur , des eaux abondantes et saines , de vastes jardins, un site riant , le calme de la sollitude , rendent cet asyle très-favorable aux malheureux privés de la raison , et qu'il convient d'éloigner de leurs habitudes et de leurs familles, pour travailler efficacement à leur guérison.

Les soins les plus attentifs et les plus affectueux leur sont prodigués avec discernement pas des soeurs hospitalières , entièrement consacrées par leurs voeux , au service des malades ; et dans les attentions desquelles les aliénés retrouvent de tendres mères , constamment empressées à éloigner d'eux tout objet de chagrin ou de contrariété.

Enfin , un médecin attaché depuis 25 ans à cet établissement, en visite journellement les différens quartiers , et donne aux aliénés tous les secours de son art, que peut requérir une maladie dont il a fait une étude longue et particulière.

Ces nombreux avantages qu'offre la maison de Maréville, doivent inspirer la plus juste confiance dans cet ancien établissement , qui ne peut qu'éprouver désormais de grandes améliorations entre les mains d'administratrices , qui n'ont d'autre intérèt que le bien-être des malades et la prospérité de leur maison.

Le prix des pensions, au compte des familles, se règle de gré à gré avec les parens ou tuteurs, qui adresseront leurs lettres franches de port , à la soeur Euphrasie , économe de Maréville, par Nancy.

Le médecin est M. le docteur Bonfils, à Nancy.

La commission de surveillance est composée de MM. le baron de Metz, procureur-général; de Luxer, procureur du roi ; Grosjean , maire de de Laxou ; le baron Roland de Malleloi, conseiller à la cour ; de Sivry, propriétaire;

N……….., conseiller de préfecture.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale