UFC Que Choisir de Nancy et environs

1838 - Les bohémiens

Nancy, le 11 octobre 1838.
Messieurs,

Je suis informé que des vagabonds de tous les pays et notamment des individus connus sous le nom de Bohémiens, gens qui, sans aveu, sans asile et sans profession, voyagent par bandes et choisissent de préférence les chemins de traverse et les lieux écartés, obtiennent de MM. les Maires des campagnes des passe-ports réguliers à l'aide desquels ils parcourent le département et se livrent impunément au vagabondage et à la mendicité. Ces individus, lorsqu'ils ne trouvent point de gîte, soit parce qu'ils ne peuvent le payer, soit parce qu'on ne veut pas les loger, campent dans les bois ou dans le voisinage des habitations et deviennent un sujet d'inquiétude pour la contrée.

Je dois, Messieurs, recommander à votre surveillance les individus dont il s'agit, et vous inviter à ne leur délivrer de passe-ports pour l'intérieur qu'autant qu'ils rempliront les formalités prescrites par la loi et qui sont définies dans l'art. 455 du code pénal, ainsi conçu :

« Les officiers publics qui délivreront un passe-port à une personne qu'ils ne connaîtront pas personnellement, sans avoir fait attester, ses noms et qualités par deux citoyens à eux connus, seront punis d'un emprisonnement d'un mois à six mois. Si l'officier public, instruit de la supposition du nom, a néanmoins délivré le passe-port sous le nom supposé, il sera puni du bannissement. »

Lors donc qu'il se présentera dans vos communes des mendiants de l'espèce de ceux qui m'ont été signalés, s'ils ne sont point porteurs de passe-ports réguliers et si personne ne les connaît et ne répond d'eux, vous les ferez arrêter comme se trouvant en état de vagabondage, et les ferez conduire, soit à la brigade de gendarmerie la plus voisine, soit devant M. le Procureur du Roi.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée. "
Le Préfet de la Meurthe,
L. ARNAULT.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale