UFC Que Choisir de Nancy et environs

1821 - La destruction des arbres

Nancy, le 22 février 1821.

Messieurs, déjà plusieurs fois mes prédécesseurs vous ont invités à faire surveiller les plantations des routes par les gardes-champêtres et forestiers ; moi-même encore, par ma circulaire du 27 juin 1820, je vous ai fait de nouvelles recommandations à cet égard.

Cependant, d'après les rapports qui me sont faits, je vois que la malveillance s'attache à détruire ces plantations sans qu'on m'en fasse connaître les auteurs. Quelques exemples de sévérité sur ceux qui détruisent ainsi ce qui est confié à la bonne foi publique, feraient sans doute cesser un semblable désordre, mais il serait nécessaire de me faire connaître les auteurs des délits.

Cela serait facile, Messieurs, si , aussitôt que vous êtes informés d'un délit commis sur les plantations des routes, vous vous mettiez à la recherche des auteurs pour en dresser procès-verbal ; si, sur-tout, vous exigiez des gardes-champêtres et forestiers qu'ils surveillassent attentivement les plantations et qu'ils dressassent des procès-verbaux contre tous ceux qui les dégradent, et que, par la nature de leurs fonctions , ils sont plus â même, de découvrir que toute autre personne chargée de cette surveillance.

Je vous prie, Messieurs, de vouloir bien à la réception de cette lettre, appeler près de vous les gardes-champêtres et ceux des bois communaux, pour leur en donner lecture. Vous leur enjoindrez de surveiller les plantations des routes, mieux qu'ils paraissent l'avoir fait jusqu'alors; vous leur prescrirez de dresser des procès-verbaux de tous les délits qu'ils reconnaîtront, et de chercher sur-tout à en connaître les auteurs afin qu'ils puissent être déférés à MM. les procureurs du roi ; enfin vous voudrez bien me rendre compte de la négligence que les gardes-champêtres et forestiers mettraient dans cette surveillance, afin que je puisse prendre à leur égard les mesures que je jugerai convenables.

Je vous prie d'adresser sans retard à MM. vos sous-préfets, les procès-verbaux qui auront pour objet des délits de plantations de routes.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma parfaite considération.
Le maître des requêtes, préfet de la Meurthe, Le vicomte DE VILLENEUVE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale