UFC Que Choisir de Nancy et environs

1855 - Les vinaigres factices

Nancy, le 22 octobre 1855.
MESSIEURS,

La pénurie et la cherté du vin ont porté beaucoup de fabricants à remplacer le vinaigre de vin par d'autres substances, telles que l'acide acétique plus ou moins étendu, que l'on obtient par la fermentation d'un grand nombre de liqueurs alcooliques, et l'acide pyroligneux, provenant de la distillation du bois. Il y a aujourd'hui plusieurs recettes pour produire ces vinaigres factices, et des brevets d'invention ont été pris pour des préparations de ce genre.

L'administration n'a pas à s'opposer à ces innovations lorsqu'il est bien constaté qu'elles ne sont pas de nature à compromettre la santé des consommateurs. Il n'est pas, en effet, dans l'esprit de la législation, qui prohibe les falsifications, de mettre obstacle aux progrès de l'industrie, et d'interdire la substitution aux denrées antérieurement usitées, de compositions réclamées par les besoins, loyalement avouées par le commerce et acceptées par le consommateur. Elles peuvent même être encouragées dans une certaine limite, lorsqu'elles ont pour résultat de suppléer à l'extrême rareté d'un produit de première nécessité et d'en diminuer le prix.

Ce que la loi proscrit, c'est la fraude, et il est du devoir de l'autorité de veiller à ce que la confiance ne soit pas trompée par des substitutions dissimulées ou par des mélanges ayant pour conséquence d'affaiblir la qualité de la marchandise vendue. Lorsque des faits de ce genre se produisent, l'intérêt des consommateurs, comme celui des négociants honnêtes, exige qu'ils soient réprimés. Il est inutile d'ajouter que toute préparation nuisible doit être sévèrement prohibée.

Je vous prie, Messieurs, de prévenir les fabricants et marchands des peines auxquels ils s'exposeraient en vendant pour du vinaigre naturel de vin des vinaigres fabriqués avec des substances autres que le vin, ou en livrant des vinaigres de vin affaiblis pour du vinaigre pur. Cette dernière fraude parait consister dans le mélange d'une partie de vinaigre de vin avec une ou deux parties d'eau, et l'addition de deux ou trois centièmes de sel marin, qui donnent au mélange la densité du vinaigre naturel et la faculté de se conserver.

Vous veillerez, Messieurs, à ce que les vinaigres fabriqués et les vinaigres affaiblis ne soient livrés au public que sous la dénomination qui leur est propre, et vous aurez à déférer aux tribunaux les délits qui vous seraient signalés, pour qu'ils soient poursuivis par application de la loi des 27 mars- 1er avril 1851, ou, au besoin, de celle du 5 mai 1855.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Le Préfet,
Albert LENGLÉ.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale