UFC Que Choisir de Nancy et environs

1855 - Les petites astuces des maires

Nancy, le 2 janvier 1855.
MONSIEUR LE MAIRE,

M. le Ministre de l'intérieur appelle mon attention sur les abus qui se produisent au sujet des certificats de moralité. L'autorité judiciaire a fait connaître à Son Excellence que des attestations de cette nature avaient été données à des individus sans moralité ou prévenus de crimes ou de délits que les Maires avaient eux-mêmes dénoncés à la justice ; des acquittements ont été le résultat de ces erreurs ou de ces coupables faiblesses.

Il est même arrivé que des officiers municipaux profitaient de ce moyen pour éloigner de leurs communes les mauvais éléments qu'elles pouvaient contenir, trompant ainsi l'autorité publique au profit de leur tranquillité personnelle.

Je ne saurais trop vous recommander, Monsieur le Maire, d'éviter avec le plus grand soin ces déplorables abus ; vous devez apporter autant de fermeté que de prudence lorsque vous êtes appelé à rendre un témoignage qui intéresse à un si haut degré l'ordre public, et aucune influence ne doit vous faire fléchir dans l'accomplissement de ce devoir.

J'aime à penser qu'il suffira d'appeler votre attention sur ce point important, et que vous ne perdrez pas de vue mes recommandations.

Recevez, Monsieur le Maire, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Le Préfet, Albert LENGLE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale