UFC Que Choisir de Nancy et environs

1817 - La spéculation alimentaire

Nancy, le 10 juin 1817.

Messieurs, je suis informé que, dans les circonstances pénibles où nous nous trouvons, des gens malveillans et cupides parcourent les campagnes et offrent des prix exorbitans du blé de la récolte prochaine.
Outre que ces marchés seraient nuls aux yeux de la loi, et que ceux qui les auraient faits ne seraient pas obligés de les tenir, ils présentent encore un délit extrêmement grave ; ces accaparemens anticipés, ayant pour principal but, ayant sur-tout le funeste résultat de faire augmenter le prix déjà trop considérable du blé.

Je suis décidé à poursuivre sévèrement, et à livrer, à toute la rigueur de la loi, ces avides spéculateurs.

Je viens, en conséquence, Messieurs, réclamer votre zèle, et vous prier de me seconder. Surveillez, et faites exactement surveiller tous les étrangers qui se présenteraient chez des cultivateurs de vos communes, pour y faire des marchés de blé de la prochaine récolte ; faites-leur exhiber leurs patentes. Dans tous les cas, dressez des procès-verbaux, que de suite vous m'adresserez, et vous y joindrez les traités qui auront eu lieu, s'il vous est possible de vous les procurer.

La sévérité avec laquelle je poursuivrai les premiers qui me seront signalés, arrêtera, j'espère, la cupidité de ces mauvais citoyens, dont l'intérêt particulier n'aurait pas honte de spéculer sur la misère publique.

J'ai l'honneur, Messieurs, de vous saluer avec considération.
DE LUXER

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale