UFC Que Choisir de Nancy et environs

1862 - La foire exposition de Nancy

Nancy, le 8 septembre 1862.
LE PRÉFET DE LA MEURTHE, Officier de l'Ordre impérial de la Légion d'honneur,
A MM. les Maires du Département.
MESSIEURS,

Depuis plusieurs années, les intérêts de l'Agriculture, de l'élevage, de la boucherie et de l'industrie, réclament la création, dans le département de la Meurthe, de foires aux bestiaux et aux chevaux.

En l'absence de ces lieux de réunion, où vendeurs et acheteurs, se donnent rendez-vous, les propriétaires et éleveurs, au lieu de vendre directement leurs produits aux consommateurs, sont obligés de recourir à des intermédiaires qui, profitant du défaut de concurrence, prélèvent sur eux des bénéfices souvent considérables, et le prix de vente dépend plus de l'adresse réciproque des contractants, ou du besoin dans lequel peut se trouver le vendeur, que de la valeur réelle de la marchandise.

Lorsqu'au contraire les foires sont bien organisées et fréquentées, le propriétaire qui désire se défaire d'un produit peut avoir la certitude d'y trouver le placement de sa marchandise à un taux basé sur sa valeur réelle.

L’administration municipale de Nancy, désireuse de donner aux foires de cette ville une importance qui tournerait au profit de tous, est bien résolue à se montrer franchement libérale et à faire disparaître les entraves qui, au point de vue des exigences de l'octroi, peuvent gêner leur développement. Elle se propose aussi de demander la création de nouvelles foires afin qu'il en soit établi une par mois.

Je veux moi-même consulter les principales villes du département pour savoir si elles ne doivent pas entrer dans une voie aussi utile aux intérêts du pays.

L’expérience acquise me donne l'intime conviction que ces foires seront très-favorables au développement de l'élevage, si ceux qui sont appelés à en profiter ne négligent pas de s'y rendre.

Veuillez donc, Messieurs, engager de tout votre pouvoir les propriétaires et éleveurs de vos communes qui peuvent avoir à vendre ou qui désireraient acheter des animaux des différentes espèces, à se rendre à la foire aux bestiaux qui se tiendra à Nancy, le lundi, 10 novembre prochain, sur la place de grève. Vous leur donnerez l'assurance que toutes les dispositions sont prises en vue de supprimer les difficultés qui pourraient en gêner la réussite. Je fais appel en circonstance à tous les amis de l'Agriculture.

Les résultats obtenus seront, je l'espère, considérables, et chacun se félicitera de la part qu'il aura prise à la réussite d'une mesure destinée à donner satisfaction à de grands et légitimes intérêts.
Je vous prie de donner à cette circulaire la plus grande publicité.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Le Préfet,
G. DE SAINT-PAUL.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale