UFC Que Choisir de Nancy et environs

1839 - Le reglage des horloges des mairies

Nancy, le 1er mars 1839.

MESSIEURS,

L'administration des postes, dans l'intérêt du service dont la direction lui est confiée, vient d'appeler l'attention de M. le Ministre de l'intérieur sur la nécessité de faire régler, d'après un système uniforme, toutes les horloges communales.

En effet, la régularité dans le service des postes reposant essentiellement sur l'exacte coïncidence de l'arrivée et du départ des courriers; et un temps déterminé d'après la longueur et la difficulté du parcours, et d'après le mode d'exploitation du service, leur ayant été donné pour accomplir leur course, ils doivent partir et arriver à heure fixe.

Si donc l'horloge du bureau expéditeur, réglée d'après l'horloge communale, est en retard de trente minutes sur celle de la commune du point d'arrivée, il en résulte nécessairement, alors mêne que le courrier n'a employé pour faire sa course que le temps qui lui est accordé, qu'il est en retard d'une demi-heure à sou arrivée, et que le courrier avec lequel il devait correspondre pour la réexpédition des dépêches est parti quand il arrive. Le même inconvénient se présente quand l'horloge du bureau d'arrivée est en avance sur celle du bureau expéditeur.

Il est donc désirable que toutes les horloges des communes que traversent les courriers soient réglées d'une manière uniforme. Ce but sera atteint en les réglant d'après le temps moyen et non d'après le temps vrai.

Pour avoir d'une manière certaine l'indication du temps moyen, les communes se procureront un annuaire que le bureau des longitudes publie chaque année, au prix très-modique d'un franc.
Cet annuaire, qui se vend à Paris, chez Bachelier, quai des Augustins, n° 55, contient un calendrier qui indique, pour chaque jour, l'heure qu'une horloge réglée sur le temps moyen doit marquer à l'instant où le cadran solaire marque midi.

Ainsi, par exemple, pour le 20 février, on trouve, page 10 de l'annuaire de 1838, dans la colonne intitulée temps moyen à midi vrai, le nombre 14' 3'', qui se prononce 14 minutes 3 secondes. Cela signifie que le 20 février 1838, à l'instant précis où le soleil a marqué midi, une horloge bien réglée d'après le temps moyen a dû marquer midi 14 minutes et 3 secondes.

J'autorise, en conséquence, toutes les communes du département, au moins celles que traversent les courriers de l'administration des postes, et qui possèdent une horloge, à se procurer, sur le fonds des dépenses imprévues, l'annuaire dont il s'agit; et la personne chargée de régler l'horloge devra, sinon chaque jour, au moins plusieurs fois par semaine, rapprocher les indications du cadran solaire de celles de l’annuaire dont j'autorise l'acquisition.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée.
Le Préfet de la Meurthe, L. ARNAULT.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale