UFC Que Choisir de Nancy et environs

1853 - Les dangers du plomb

Nancy, le 8 octobre 1853.
MESSIEURS,

Vous trouverez, à la suite de cette circulaire, l'arrêté que je viens de prendre contre l'usage des tuyaux en plomb, en cuivre ou en zinc, pour l'aspiration de la bière. L'expérience a prouvé, en effet, que la bière peut, par suite de son contact avec le plomb, s'approprier une quantité appréciable de ce métal et acquérir ainsi des propriétés toxiques.

Ce n'est pas seulement dans les brasseries que l'on se sert de tuyaux ou conduits en plomb pour transvaser la bière ; l'usage s'est introduit dans les cabarets et dans les maisons où l'on détaille des boissons, d'établir dans les salles de consommation, une petite pompe qui communique par le tuyau de plomb, avec le tonneau renfermant le liquide, et à l'aide de laquelle on obtient immédiatement, et sans déplacement, la quantité dont on a besoin. L'emploi de ce tuyau offre d'autant plus d'inconvénients, que le fonctionnement de la pompe est moins continu. Le même danger se trouve dans l'usage des robinets et des ustensiles en plomb qui servent au débit de ce liquide.

Je ne puis donc, Messieurs, qu'appeler votre attention sur les mesures de prohibition que j'ai cru devoir adopter, dans l'intérêt de la santé publique.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Pour M. le Préfet en congé, le Conseiller de Préfecture, Secrétaire général, délégué,
MAMELLE.


ARRÊTÉ.
NOUS PRÉFET DU DÉPARTEMENT DE LA MEURTHE,
Vu les lois des 16-24 août 1790 et 18 juillet 1817 ;
Considérant que l'usage des tuyaux ou conduits en plomb, en cuivre ou en zinc, pour l'aspiration ou le transvasement de la bière, peut présenter des dangers pour la santé publique ;
Considérant qu'il est du devoir de l'autorité de prescrire les mesures nécessaires pour prévenir ces dangers;
ARRÊTONS:

Art. 1er. II est défendu de faire usage dans les débits de boissons, de tuyaux, robinets et mesures en plomb, en cuivre ou en zinc pour le transvasement et le débit de la bière et autres boissons.
Art. 2. Dans le délai d'un mois, à partir de la publication du présent arrêté, les ustensiles de cette nature seront remplacés par d'autres, soit en étain, ne contenant pas plus de seize pour cent de plomb, soit en toute autre matière inoffensive. Les ustensiles en étain seront assujettis par les soins du fabricant, au contrôle du titre exigé pour les mesures de capacité.
Art. 3. MM. les Sous-Préfets, Maires, Officiers de gendarmerie et Commissaires de police sont chargés de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié et affiché dans toutes les communes du département.
Nancy, le 8 octobre 1853.
Pour M. le Préfet, en congé, le Conseiller de Préfecture, Secrétaire général, délégué,
MAMELLE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale