UFC Que Choisir de Nancy et environs

1849 - L'arrivée du préfet

Nancy, le 6 janvier 1849.
MESSIEURS,

Le Gouvernement de la République vient de m'appeler à diriger la Préfecture du département de la Meurthe.
Etranger à ce pays où je suis encore inconnu, je n'ai d'autres titres à la confiance de ses habitants que de longs et loyaux services administratifs dans une partie de la France, le Lot-et-Garonne, dont le souvenir me sera toujours cher.

Je soumets ces antécédents sans présomption comme sans crainte à l'impartial examen de mes administrés. C'est en m'appuyant sur les actes de ma vie passée que j'ose promettre le même zèle, les mêmes efforts, afin de donner satisfaction autant qu'il m'appartient, à toutes les espérances, à tous les droits légitimes. Je n'ai pas besoin d'annoncer sans doute que j'étudierai et protégerai avec scrupule les intérêts matériels de ce beau pays.

C'est le langage ordinaire et le simple devoir de tout administrateur. Il est d'autres obligations plus délicates et peut être plus pressantes dans les temps agités où nous vivons : rapprocher les dissidences politiques qui divisent tant d'esprits généreux faits pour s'entendre ; effacer les traces de nos luttes anciennes et récentes; réunir les bons citoyens sous un même drapeau, celui de ce libéralisme intelligent qui respecte les lois éternelles de la société humaine, telle est la tâche que je m'efforcerai d'accomplir dans le cercle de mes attributions et de mon influence.

Cette tâche m'a été noblement indiquée par le manifeste de M. le Président de la République et par la circulaire de M. le Chef du Cabinet actuel; l'excellent esprit des habitants du département de la Meurthe, les actes de mes honorables prédécesseurs, et votre bienveillant concours, me la rendront plus douce et plus facile.

Agréez, Messieurs, l'assurance de mes sentiments distingués.
Le Préfet de la Meurthe,
A. BRUN.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale