UFC Que Choisir de Nancy et environs

1853 - La censure

Nancy, le 26 juillet 1853.
MESSIEURS,

Par décision, en date du 15 juin dernier, S. E. M. le Ministre de l'Intérieur a interdit l'exécution sur les théâtres, dans les cafés, salles de concerts et autres lieux d'amusements publics, des romances et chansonnettes non approuvées par l'autorité préfectorale.

Je vous prie, Messieurs, d'exercer la surveillance la plus active sur cette partie du service. Il est important qu'aucun ouvrage dramatique, aucune pièce, aucune scène détachée, cantate, romance, chanson ou chansonnette, ne puisse être joué, récité ou chanté en public, sans que le manuscrit ou l'exemplaire lithographié, autographié ou imprimé ait été autorisé de la même manière que les pièces de théâtre, c'est-à-dire, revêtu du visa du Préfet.

Quant aux programmes de concerts, ils doivent être préalablement visés, pour le chef-lieu, à la préfecture, et dans les autres localités, soit aux sous-préfectures, soit aux Mairies. Ces programmes, composés exclusivement de morceaux approuvés par le Préfet, doivent être déposés en double expédition et approuvés avant l'affichage ou l'annonce du concert.

C'est sur la présentation d'un de ces programmes approuvés par l'autorité locale, que les Commissaires de police doivent autoriser l'affichage, l'ouverture des salles et l'exécution des morceaux.

Je vous prie, Messieurs, d'assurer la stricte exécution des dispositions qui précèdent.
Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Pour le Préfet en congé, le Conseiller de Préfecture, Secrétaire général, délégué,
MAMELLE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale