UFC Que Choisir de Nancy et environs

1849 - La surveillance des étrangers

Nancy, le 6 novembre 1849.
MESSIEURS,

J'ai l'honneur de vous adresser ci-après copie d'une lettre par laquelle M. le Ministre de l'intérieur prescrit d'exercer une surveillance active sur les étrangers arrivant en France et d'interdire l'accès du territoire de la République à tous ceux qui se présenteraient sans justifier de leurs moyens d'existence, ou sans être porteurs de papiers constatant qu'ils peuvent gagner leur vie en travaillant. Dans ce nombre se trouvent compris les joueurs d'orgue et musiciens ambulants.

Veuillez, je vous prie, appliquer les dispositions de cette circulaire aux étrangers dont il s'agit, qui se présenteraient dans vos communes.

Agréez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée,
Le Préfet de la Meurthe,
A. BRUN.


MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR.
Paris, 31 août 1849.

MONSIEUR LE PRÉFET, à plusieurs reprises, j'ai appelé votre attention sur la nécessité de prendre des mesures pour que l'entrée du territoire français fut interdite à tout étranger qui se présenterait sans justifier de ses moyens d'existence, ou sans être porteur de papiers certifiant qu'il peut gagner sa vie en travaillant. Je viens vous rappeler ces instructions et vous prier de tenir la main à ce qu'elles soient ponctuellement exécutées.

Je pense, au surplus, qu'il serait fort utile d'appliquer la même interdiction à tous les joueurs d'orgue, musiciens ambulants, etc., qui sont les auxiliaires naturels des établissements socialistes, et ne sont en réalité que des mendiants. Ces individus, alors même qu'ils ne commettent aucun délit, sont encore sur notre territoire une cause d'embarras, en ce sens qu'ils participent pour la plupart aux secours des bureaux de bienfaisance, et qu'ils viennent ainsi tarir les sources de la charité publique au détriment des nationaux.

Veuillez donner des ordres pour qu'à l'avenir, l'accès du territoire soit interdit aux étrangers placés dans cette catégorie.
Agréez, Monsieur le préfet, l'assurance de ma considération très-distinguée.

Le Ministre de l'intérieur,
Signé : J. DUFAURE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale