UFC Que Choisir de Nancy et environs

1856 - Les inondations

LE PRÉFET DE LA MEURTHE, Officier de l'Ordre impérial de la Légion d'Honneur,
A MM. les Sous-Préfets et Maires du département.
MESSIEURS,

De grands malheurs viennent d'affliger la France : la Loire, le Rhône, la Saône et plusieurs autres rivières, grossis par des pluies continuelles, sont sortis de leur lit, portant partout la dévastation et la ruine. Des campagnes ravagées, des récoltes perdues, des maisons renversées, des usines détruites, la désolation et la misère remplaçant partout la prospérité et l'aisance, tel est le triste tableau que présentent aujourd'hui quelques-unes de nos plus belles contrées. Les pertes sont grandes, les douleurs sont immenses, et ce ne sera pas trop du concours du pays tout entier, pour apporter quelque soulagement à des infortunes si dignes d'intérêt.

Déjà l'Empereur s'est rendu à Lyon, l'un des points les plus gravement atteints, pour organiser et encourager de sou auguste présence les premiers secours à distribuer. Déjà il a consacré à cette généreuse destination une somme de cent mille francs prise sur sa cassette particulière; le Corps législatif a voté d'urgence et à l'unanimité un premier crédit de deux millions, pour secours aux inondés.

Partout des souscriptions s'organisent avec le plus louable empressement, chacun veut contribuer dans la mesure de ses moyens, à l'adoucissement de désastres que la prudence humaine ne pouvait ni prévenir, ni empêcher, et tous les membres de la grande famille française veulent donner à leurs frères malheureux un témoignage de leur vive et douloureuse sympathie.

Je vous prie, Messieurs, de provoquer dans vos arrondissements et vos communes, l'organisation de souscriptions en faveur des inondés, et de réclamer, pour cet objet, le concours de toutes les personnes douées de sentiments philanthropiques. Les populations de la Meurthe sont animées d'un sincère patriotisme et d'une inépuisable charité, on est toujours sûr d'être entendu quand on fait appel à leur coeur, et je ne doute pas qu’elles ne tiennent à honneur de s'associer, dans une large mesure, aux efforts de la France pour soulager les victimes des dernières inondations.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Le Préfet, Albert LENGLÉ.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale