UFC Que Choisir de Nancy et environs

1857 - Les conséquences de la grèle

Nancy, le 3 juillet 1857.
LE PRÉFET DE LA MEURTRE, Officier de l'Ordre Impérial de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, de Rome,
A MM. les Maires du département.
MONSIEUR LE MAIRE,

Au milieu du calme et de la joie que ramènent dans nos campagnes les apparences d'une récolte abondante, un véritable désastre est venu frapper le canton de Thiaucourt et une partie du canton de Domêvre. Le 20 juin dernier, un orage épouvantable a détruit en un instant ou affreusement maltraité les récoltes de toute nature dans plus de trente communes; la grêle a tout ravagé : blés, seigles, vignes, prairies artificielles ont été hachés, couchés par terre, recouverts de limon; les ruisseaux, changés en torrents, ont rapidement débordé et envasé des prés qui promettaient d'excellent fourrage ; les vignes situées sur de riches coteaux ont été complètement bouleversées : terre, ceps, échalas, tout a été entraîné par la violence des eaux, et tandis que le sommet n'offre plus aujourd'hui qu'un sol aride et dénudé, les vallons sont encombrés de débris de toute nature.

Les malheureux cultivateurs atteints par le fléau ont ainsi vu détruire en un moment les espérances qu'ils avaient conçues et que l'époque avancée de la saison changeait presque en certitude ; pour la plupart d'entre eux, c'est la ruine, et il est difficile de se faire une idée de la désolation qui règne dans les communes si tristement éprouvées.

En présence d'une si grande calamité, j'ai dû faire appel à la générosité du Souverain, dont la main est toujours ouverte pour le soulagement de l'infortune ; l'Empereur, lors de son passage à Nancy, a daigné me remettre une somme de 2, 000 fr. sur sa cassette, pour être affectée aux premiers secours à accorder aux misères les plus pressantes.

D'un autre côté, les pertes éprouvées vont être officiellement constatées, et, dès que l'administration aura pu être éclairée sur leur importance, je m'empresserai de solliciter de S. E. le Ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, les secours que l'Etat accorde pour les sinistres de cette nature.

Malheureusement le crédit affecté à cette destination est bien insuffisant, puisque les secours alloués ne dépassent pas 6 p. 0/0 du montant des pertes.

Il importe donc, Monsieur le Maire, de faire encore un appel à la charité publique, que l'on est habitué à trouver inépuisable lorsqu'il s'agit de soulager des infortunes dignes d'intérêt. Je vous prie de vouloir bien ouvrir immédiatement dans votre commune une souscription dont le produit sera affecté à des secours aux cultivateurs les plus nécessiteux des communes atteintes par la grêle. Les sommes recueillies par vos soins seront appliquées non-seulement aux cantons de Thiaucourt et de Domêvre, mais aussi à d'autres communes qui viennent également d'essuyer des pertes semblables.

Vous recevrez prochainement, Monsieur le Maire, des instructions sur le mode à suivre pour centraliser les fonds que vous aurez pu rassembler dans votre commune.
Recevez, Monsieur le Maire, l'assurance de ma considération très-distinguée.
Le Préfet,
Albert LENGLÉ.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale