UFC Que Choisir de Nancy et environs

1886 - L'émigration et ses dangers

Paris, le 16 janvier 1886.
Monsieur le Préfet,

Un certain nombre de nos compatriotes émigrent chaque année dans les divers États de l'Amérique, séduits par l'espérance d'une fortune rapide ou de salaires rémunérateurs. Si quelques-uns réussissent à s'établir en des conditions avantageuses, aux prix de souffrances de toute nature, la plupart échouent dans leur entreprise et regrettent trop tard la détermination qui les a arrachés an sol natal.

Même lorsqu'elle s'effectue dans les conditions les plus favorables, l'émigration constitue une aventure pleine de périls. Elle n'offre d'ailleurs quelques chances de succès que si l'émigrant va s'établir dans un pays où ses aptitudes puissent être utilisées et qu'il emporte avec lui des ressources suffisantes pour pourvoir à son entretien jusqu'à ce qu'il ait trouvé l'occasion d'exercer sa profession ou d'exploiter une industrie.

Il y aurait donc tout profit pour les émigrants, avant de contracter un engagement sur la foi de promesses dépourvues de toute garantie, à se renseigner auprès des autorités locales. Bien que les maires ne disposent d'aucun moyen de contrainte pour empêcher leur départ, ils pourraient, principalement dans les communes rurales, intervenir utilement d'office, pour opposer aux suggestions d'agents stimulés par l'appât d'une prime, les conseils désintéressés de la prudence et de la raison. Les Commissaires de police
pourraient, à l'occasion, rendre le même service dans les communes urbaines.

Pour ces motifs, j'ai décidé qu'à dater de ce jour, les pays où l'émigration présente peu de chances de succès seront régulièrement signalés à votre Administration. Vous voudrez bien de votre côté les porter dans le plus bref délai possible à la connaissance de MM. les Sous-Préfets, Maires et Commissaires de police de votre département, par la voie du Recueil des Actes administratifs.

Actuellement l'émigration s'opère en des conditions défavorables, et conséquemment il y a lieu de détourner nos compatriotes d'émigrer dans les pays ci-après :

Le Mexique, la République Dominicaine, le Venezuela, le Brésil et les États-Unis de l'Amérique du Nord.
Si des renseignements satisfaisants me sont fournis ultérieurement sur l'émigration dans l'un ou l'autre des pays signalés, vous en recevrez avis.

Je vous prie de m'accuser réception de la présente circulaire.
Recevez, etc.
Le Ministre de l’intérieur,
Signé : SARRIEN.
Pour copie conforme
Le Préfet, E. SCHNERB.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale