UFC Que Choisir de Nancy et environs

1816 - Le contrôle des prix du pain

Le maire royal de la ville de Nancy, venant de s'informer par lui-même du prix du blé au marché d'aujourd'hui; et s'étant assuré, non seulement que celui de première qualité ne se faisait que vingt-neuf francs les six doubles mesures, mais aussi que le marché était convenablement approvisionné :

Étonné, autant qu'indigné, que les boulangers se soient permis, le jour d'hier, d'augmenter de cinq centimes
le kilogramme de pain blanc, (2 liards la livre) et de deux centimes et demi le kilogramme de pain bis: (un liard la livre)

Convaincu en outre, d'après leurs propres calculs, que le prix qu'ils exigeaient auparavant , leur rendait un bénéfice suffisant, et que la hausse qu'ils ont affecté de mettre, la veille de l'ouverture du marché, tendait à en amener une de la part des cultivateurs dans le prix de leur blé; manoeuvre des plus coupables, et qui a été précédée d'envois d'émissaires, pour offrir à ceux qui venaient approvisionner le marché, un prix au-dessus de celui auquel ces derniers entendaient vendre :

Arrête,
1°. Le prix du pain blanc est fixé à quarante centimes le kilogramme; (4 sous la livre)
Celui du pain mi-blanc, à soixante-quinze centimes les deux kilogrammes; (15 sous les quatre livres)
Celui du pain bis, à deux francs soixante centimes les huit kilogrammes. ( 52 sous la miche de seize livres)
2°. Tous les boulangers qui sont patentés, fourniront le public de toutes ces sortes de pain, et de bonne qualité, jusqu'à ce que les grains qu'ils doivent avoir sur leurs greniers, à titre de cautionnement, soient consommés.
3°. Les boulangers qui refuseraient de se conformer au présent arrêté, ou qui agiraient contrairement à ses dispositions, seront dénoncés à M. le procureur du roi, pour fait de monopole et contraventions aux lois et réglemens sur la matière.

Le présent arrêté sera imprimé, lu, publié et affiché; de plus, un exemplaire en sera remis à chaque boulanger, pour être placé dans le lieu le plus apparent de sa boutique.
Fait et arrêté, sous l'approbation de M. le Préfet, le 27 avril 1816,
Signé, BÊNOÎST.

Vu et approuvé l'arrêté ci-dessus dans toutes ses dispositions, comme étant rigoureusement conformes à ce qu'exigent les circonstances actuelles, ainsi qu'aux mesures depuis long-temps en vigueur dans les départemens limitrophes.
Nancy, le 27 avril 1816.
Le contre-amiral, préfet de la Meurthe:
Signé, le comte DE KERSAINT.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale