UFC Que Choisir de Nancy et environs

1835 - L'attentat contre LOUIS PHILIPPE

Nancy, le 6 août 1835.
MESSIEURS,

D'après une lettre close du Roi, M. le Coadjuteur-Évêque de Nancy, vient de prescrire qu'un service funèbre soit incessamment célébré dans toutes les églises du diocèse, en l'honneur des citoyens morts victimes de l'attentat du 28 juillet dernier, et qu'il soit chanté un TE DEUM en actions de grâces, pour la conservation du Roi et des Princes de sa famille échappés, comme par miracle, à la mort qui leur était préparée.

C'est avec empressement que chacun s'associera à ces deux actes solennels. A combien de pleurs n'ont-ils pas droit, ces nobles martyrs du plus lâche des assassinats ! Que d'actions de grâces ne sont-elles pas dues à Dieu qui a sauvé la France par le salut du Roi et de sa famille !

Veuillez donc, aussitôt que MM. les Curés et Desservans auront fait connaître à leurs paroissiens le jour fixé pour chacune de ces deux cérémonies, prendre, de concert avec eux, les mesures convenables pour qu'elles soient célébrées avec toute la pompe qu'elles peuvent obtenir dans chaque localité.

Vous trouverez ci-après et la circulaire de M. le Coadjuteur de Nancy, aux Curés du diocèse, et la lettre close du Roi.
Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée.
Le Préfet de la Meurthe,
L. ARNAULT.

ÉVÊCHÉ DE NANCY ET DE TOUL.
Nancy, le 5 Août 1835.

MONSIEUR LE CURE,
Un grand crime a consterné la Capitale. Nous avons pressenti l'indignation et la douleur dont vous aura pénétré la nouvelle de ce trop lamentable événement. Tous les honnêtes gens, à quelqu'opinion qu'ils appartiennent, quelles que soient les espérances qu'ils poursuivent, ont flétri l'acte à jamais exécrable qui plonge la France dans le deuil.

La divine Providence a sauvé les jours du Roi; mais, à ses côtés sont tombés un illustre Maréchal et d'autres braves que cent batailles avaient épargnés; de généreux protecteurs de l'ordre, des citoyens paisibles, des femmes, des enfans, enfin un jeune guerrier porteur d'un nom cher à la contrée. La religion seule a des consolations pour de pareilles infortunes.

Vous vous associerez donc, Monsieur le Curé, à cet élan général qui nous réunit tous dans le double sentiment de la reconnaissance et de la douleur. Vous remercierez le Seigneur d'avoir préservé les jours du Roi et de son auguste famille, et vous implorerez son infinie miséricorde pour ceux de nos frères qui ont succombé.

A ces intentions, et pour nous conformer au désir manifesté dans la lettre ci-jointe de Sa Majesté, un Te Deum d'actions de grâces sera chanté dans les Églises Cathédrales de Nancy et de Toul, le dimanche, 9 août, à l'issue des Vêpres ; et un Service funèbre sera célébré dans les dites Cathédrales, le mardi 11, à neuf heures du matin.
Dans toutes les autres Églises du Diocèse, les mêmes cérémonies auront lieu le 16 et le 17 du présent mois. Nous vous invitons â vous concerter avec l'autorité locale.

Recevez, Monsieur le Curé, l'assurance de mon attachement le plus affectueux.
FERDINAND,
Coadjuteur de Nancy et de Toul.


MONSIEUR L'ÉVÊQUE,
Les prières pour les victimes de juillet 1839 avaient à peine cessé, qu'un nouveau sujet de deuil était donné à la France. La Providence a détourné les coups qui nous étaient destinés, à moi et à mes fils. Mais si nous devons remercier Dieu d'avoir protégé nos jours, en déconcertant les projets des assassins, que de regrets, que de larmes ne devons-nous pas à cet illustre Maréchal, à ses nobles compagnons d'armes, et à ces généreux citoyens que la mort à moissonnés tout autour de nous ! J'ai donc à réclamer en leur faveur les suffrages que l'Église accorde à tous les chrétiens morts dans son sein. Ainsi vous aurez à faire célébrer, dans cette intention, un service funèbre dans toutes les Églises de votre Diocèse, et un Te Deum solennel en actions de grâces, pour la protection éclatante dont Dieu nous a couverts.

Paris, le 31 juillet 1835.
Votre affectionné,
LOUIS-PHILIPPE.
Par le Roi: Le Garde-des-Sceaux, ministre de la Justice et des Cultes,
C. PERSIL.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale