UFC Que Choisir de Nancy et environs

1835 - Les bourses pour l'IUFM

L'examen pour l'obtention des brevets de capacité d'instruction primaire élémentaire et supérieure, aura lieu à Nancy, pour tous les candidats du département de la Meurthe, le lundi 31 août 1835.

Le 3 septembre suivant, s'ouvrira le concours pour l'admission aux demi-bourses de l'école normale de Nancy.
Les demi-bourses vacantes sont :
Deux demi-bourses pour l'arrondissement de Nancy (fondation particulière).
Une demi-bourse départementale pour l'arrondissement de Lunéville.
Deux idem pour l'arrondissement de Toul.
Deux pour l'arrondissement de Château-Salins.
Trois pour celui de Sarrebourg.

Les candidats pour les brevets, comme les aspirans aux bourses, doivent se faire inscrire vingt-quatre heures au moins d'avance, dans les bureaux de l'académie de Nancy.

Les premiers n'ont à produire que leur acte de naissance, qui constate qu'ils ont dix huit ans accomplis.
Les aspirans aux demi-bourses doivent avoir plus de seize ans, et prouver dans leur examen qu'ils savent lire, écrire, calculer, et qu'ils ont une connaissance suffisante de leur religion. Ils ont à produire :
1° leur acte de naissance; 2° le certificat d'un médecin, constatant qu'ils n'ont aucune infirmité incompatible avec l'état d'instituteur , et qu'ils ont été vaccinés ou qu'ils ont eu la petite vérole ; 3° un certificat de bonne conduite, délivré par le Maire de la commune où ils ont résidé; 4° l'engagement pris par eux, et approuvé par leurs parens, s'ils sont mineurs, de servir pendant dix ans au moins comme instituteurs communaux; 5° enfin, l'obligation qu'ils s'imposent de payer la portion de bourse laissée à leurs frais. En cas de minorité , les parens ou tuteur du candidat doivent souscrire cette obligation.
Fait à Nancy, le 10 août 1835.
Le Recteur de l'académie, CAUMONT.

NOTA. Les jeunes gens qui, nés dans la partie allemande du département, ne comprendraient pas la langue française, ou n'en auraient pas assez l'usage pour suivre l'instruction donnée dons cette langue, trouveront à l'École normale de Nancy, un cours de langue française, qui a été établi spécialement pour eux; soit qu'ils entrent à l'école comme demi-boursiers, soit qu'ils y arrivent comme pensionnaires libres, ils pourront y passer trois années. Cette faveur leur a été accordée, afin que, dans la première de ces années, ils se rendent familière la langue dans laquelle, par la suite, toutes les leçons leur seront données.
Le prix de la pension est de 350 francs en tout.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale