UFC Que Choisir de Nancy et environs

1824 - Les paratonnerres

Nancy, le 9 juin 1824.

Messieurs, depuis quelques années, la foudre a occasionné des dommages considérables, en frappant des bâtimens publics et notamment des églises. Ces accidens auraient été prévenus, si l'on avait employé les moyens de précaution dont une longue expérience a démontré l'efficacité.

Ces moyens consistent dans l'usage des paratonnerres.

Dans l'intention de propager cet usage, S. Exc. le ministre de l'intérieur vient de m'adresser une instruction rédigée par l'Académie royale des sciences, sur les avantages que présentent les paratonnerres, et sur la manière de les établir.

Placés sur des clochers élevés, les paratonnerres préservent des effets de la foudre, non-seulement ces édifices, mais encore les maisons voisines. Sous ce double rapport, les communes sont intéressées à faire la dépense qu'exige l'application d'un conducteur ; et Son Excellence, en me chargeant d'appeler sur cet objet l'attention de MM. les maires, me recommande de veiller à ce que l'établissement des paratonnerres soit compris dans tous les projets de construction ou de grosses réparations des tours d'églises. Les architectes devront, en conséquence, se conformer à cette intention, et, pour cet effet, ils pourront prendre communication de l'instruction déposée dans les bureaux de la préfecture et des sous-préfectures de ce département.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma parfaite considération.

Le maître des requêtes, préfet de la Meurthe,
Le vicomte DE VILLENEUVE

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale