UFC Que Choisir de Nancy et environs

1833 - Les tromperies sur les bijoux

Nancy, le 2 décembre 1833.

MESSIEURS,

On emploie depuis quelque temps dans le commerce un alliage connu sous le nom de Melchior, rnaillecor argental, etc. , dont l'aspect est en tout semblable à celui de l'argent , et qui peut le remplacer, soit pour garniture et ornement , soit pour servir à la confection d'objets d'une assez grande dimension, tels que couverts, vaisselles , vases , etc, etc.

Ce métal prend un aussi beau poli que l'argent, sa pesanteur spécifique s'en rapproche beaucoup, les traces qu'il dépose sur la pierre de touche par le frottement, sont les mêmes, et il faut une grande habitude pour distinguer l'imperceptible nuance de couleur, qui établit la différence de ce métal avec celui de l'argent au second titre.

On emploie ce nouveau métal pour garnir les manches d'ébène des viroles, cuvettes, écussons, dont il est d'usage de les orner, et qui étaient autrefois en argent : déjà des tentatives ont été faites pour vendre des garnitures en melchior, comme argent et mime pour obtenir les marques de l'Etat, en les présentant à l'examen des essayeurs de la garantie.

Pour prévenir toute erreur et tout abus, M. le Pair de France, président de la commission des monnaies et médailles, a cru devoir adresser, sur les moyens de distinguer le melchior de l'argent, une instruction à tous les essayeurs des bureaux de garantie. Cette instruction pouvant être utile, j'ai pensé qu'il convenait qu'elle fût portée à la connaissance des fabricans du département qui travaillent sur l'argent, et que les particuliers même fussent informés de l'existence de ce nouveau métal et pussent user des précautions convenables pour échapper à toute fraude.

J'ai, en conséquence, décidé que cette instruction serait insérée au Recueil des actes administratifs, et je vous invite à lui donner toute la publicité nécessaire.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée.

Le Préfet de la Meurthe, L. ARNAULT.


EXTRAIT de l'instruction que M. le Président de la commission des monnaies et médailles a transmise aux essayeurs de la garantie.

L'analyse du melchior a été faite, et l'on a constaté la combinaison suivante sur cent parties :
Cuivre 55.
Nikel 23.
Zinc 17.
Fer 3.
Étain 2.
Total 100.

On pourrait commettre de graves erreurs, si l'on se bornait toujours à juger la nature du métal employé dans les menus ouvrages par la comparaison de la pierre de touche. Vous devrez donc, dans tous les cas, déposer sur les touches des menus ouvrages d’argent, une goutte d'acide préparé pour le touchau, et en observer attentivement l'effet. Si l'ouvrage est en melchior, son action sera lente , et finira cependant par enlever toutes les traces des touches ; sur l'argent , au contraire, plus lente d'abord , la dissolution ne paraîtra cependant pas complète, et il restera une teinte grisâtre à la place des anciennes touches.

An moindre doute, d'ailleurs, vous déposerez sur l'ouvrage suspect une goutte d'acide nitrique : s'il est en melchior, l'action se manifestera rapidement par un bouillonnement coloré en vert ; si , au contraire , vous agissez sur de l'argent , sa dissolution aura lieu, plus lentement, et l'endroit attaqué présentera une tache
noire. Mais, pour apporter toute la rectitude possible dans cette dernière opération, vous ajouterez à l'acide, après qu'il aura produit l'un des deux effets que je viens d'indiquer, une goutte d'eau salée ; ce dernier réactif accusera la présence, de l'argent par un précipité blanc ; car dans le cas contraire, l'addition de l'eau salée ne fait que diminuer la rapidité de la dissolution, sans altérer sensiblement la coloration verte précédemment produite.

Telles sont les précautions indiquées pour reconnaître facilement les objets en melchior, qui seraient présentés aux orfèvres ou autres fabricans , comme argent , et au moyen desquelles on peut empêcher les spéculations coupables que leur ressemblance avec l'argent pourrait faire craindre.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale