UFC Que Choisir de Nancy et environs

1848 - La dévastation des forêts

Nancy, le 6 mai 1848.

MESSIEURS,

De nombreuses demandes ont été faites dans le but de solliciter une amnistie générale pour les délits forestiers. Le gouvernement eût été heureux de prendre l' initiative de cette mesure, s' il n' eût consulté que les inspirations de la clémence. Mais en présence des criminelles dévastations dont les forêts ont été l' objet dans diverses localités et peuvent encore être menacées, il a un rigoureux devoir à remplir, c'est de ne pas laisser amoindrir entre ses mains le pouvoir dont il n'est que provisoirement investi.

L'attente d'une amnistie a pu néanmoins, et pourrait encore ne pas être étrangère à ces dilapidations, en entretenant des espérances d' impunité. Il importe, Messieurs, d' éclairer sur ce point les populations riveraines des forêts et de leur faire connaître que la ferme volonté du gouvernement est de réprimer énergiquement ces atteintes qui compromettent, d'une manière si grave, la prospérité du pays, en détruisant une de ses plus précieuses ressources.

En renonçant à proclamer une amnistie générale, le gouvernement se réserve d' ailleurs d' apprécier, comme par le passé, les circonstances qui militeront en faveur des condamnés, pour atténuer la rigueur des peines encourues ou pour en accorder la remise par des raisons spéciales.

Déterminé à laisser à la vindicte publique la satisfaction qu' elle réclame contre les principaux coupables, il saura faire la part de la faiblesse ou d' un entraînement irréfléchi, et il est surtout disposé à user d' indulgence envers les habitants des communes qui, dans les circonstances présentes, auront donné, et continueraient de donner l'exemple de la soumission aux lois qui protègent les forêts.

Les populations qui se livrent à la dévastation des bois, en fondant sur une amnistie l' espoir de l' impunité, doivent donc être immédiatement désabusées et, dans ce but, j' invite MM. les Maires à porter à leur connaissance les dispositions du gouvernement, en faisant publier à son de caisse la présente circulaire.

Salut et fraternité.

Le Commissaire du Gouvernement provisoire au département de la Meurthe,
E. LORENTZ .

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale