UFC Que Choisir de Nancy et environs

1820 - La condition des détenus

Nancy, le 16 octobre 1820.

Messieurs, en faisant la visite des prisons de ce département, j'ai été vivement affligé de l'état de dénuement dans lequel se trouvent la plupart des condamnés, dont quelques-uns manquent presque totalement de vêtemens et de chemises , ou ne sont couverts que par des lambeaux. J'ai recherché les moyens de leur procurer les effets les plus nécessaires ; mais les fonds destinés au service des prisons , dans le budget du département, suffisent à peine pour la nourriture, la paille et les autres dépenses journalières indispensables.

Après en avoir conféré avec la commission de surveillance des prisons de Nancy, j'ai pensé qu'un appel à la bienfaisance publique ne serait pas sans succès dans un département qui se distingue par l'humanité de ses habitans. C'est sur-tout à l'approche de la saison rigoureuse qu'ils voudront concourir au soulagement des détenus , en offrant soit des couvertures , des habits et chaussures d'hiver, soit des chemises, soit enfin de l'argent qui serait employé, par les soins des commissions charitables, à acheter des effets de cette nature.

J'invite donc MM. les maires à communiquer la présente à MM. les curés ou desservans de leurs communes, en les priant d'en faire lecture au prône, et d'engager leurs paroissiens à déposer entre leurs mains les dons qu'ils pourront faire aux prisonniers.
MM. les curés ou desservans donneront une nouvelle preuve de l'esprit de charité qui les caractérise, en contribuant à cette mesure par tous les moyens qui sont à leur disposition ; et , de concert avec ces ecclésiastiques, MM. les maires feront parvenir le produit de ces offrandes à la sous-préfecture de leur arrondissement, ou à la préfecture pour l'arrondissement de Nancy , avec un état nominatif des personnes qui y auront contribué.

MM. les sous-préfets voudront bien me transmettre un état récapitulatif de ces produits, afin que j'en fasse la répartition entre les détenus dans les diverses prisons du département.
Recevez, Messieurs, l'assurance de ma parfaite considération.
Le Maître des requêtes, préfet de la Meurthe. Le vicomte DE VILLENEUVE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale