UFC Que Choisir de Nancy et environs

1822 - Le danger des libraires ambulants

Nancy, le 3 septembre 1822.

Messieurs, je dois appeler votre attention sur un abus qui s'est introduit dans l'exercice de la librairie et qu'il est important de faire cesser, non-seulement à raison de la surveillance dont la loi vous a chargés sur ce genre de commerce, mais encore dans l'intérêt des libraires brevetés du département. Je veux parler de ces libraires ambulans qui , étant brevetés pour exercer la librairie dans un lieu déterminé, croyent pouvoir donner à l'autorisation qu'ils ont revue, une extension au moyen de laquelle ils voyagent ou font voyager avec tout assortiment de livres qu'ils débitent partout où bon leur semble.

S. Exc. le ministre de l'intérieur, que j'ai consulté à cet égard, m'a répondu, que les libraires ne peuvent exercer leur profession que dans les lieux déterminés par le brevet qui leur a été accordé; que pour qu'ils pussent faire légalement ce commerce sur tous les points, il faudrait que le brevet qu'ils ont reçu les y autorisât spécialement et que jamais il n'en a été délivré de semblables; que tous fixent la résidence, et qu'il est dans l'esprit de la loi qu'un libraire ne puisse obtenir deux brevets pour exercer dans deux endroits différens.

Si donc un libraire ne peut vendre en personne des livres ailleurs que dans le lieu fixé par son brevet, à plus forte raison, Messieurs, peut-il encore bien moins donner procuration à des tiers pour voyager et vendre de la librairie en son nom.
Je vous prie donc de veiller à ce qu'aucun libraire étranger ne vende ou ne fasse vendre des livres dans ce département, à moins qu'il n'en représente l'autorisation, et dès qu'un libraire s'écarte de la condition qui lui est imposée par son brevet d'exercer sur un point déterminé, il faut lui donner l'ordre de cesser sa vente et lui prescrire de retourner au lieu fixé pour sa résidence.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale