UFC Que Choisir de Nancy et environs

1847 - L'appel d'offre pour la création d'un livre scolaire

Nancy, le 23 novembre 1847.

MESSIEURS,

Par son arrêté du 24 septembre dernier, réimprimé à la suite de la présente circulaire, M. le Ministre de l'Instruction publique a décidé qu'un concours serait ouvert pour la composition d'un livre de lecture courante destiné aux écoles primaires.

Je vous prie, dans l'intérêt des bons résultats que l'autorité supérieure attend de ce concours, de vouloir bien donner la plus grande publicité à l'arrêté dont il s'agit.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée.

Le Préfet de la Meurthe,
L. ARNAULT.


Nous, Ministre Secrétaire d'Etat, au département de l'Instruction publique, grand-maître de l'Université de France,

Considérant qu'il importe de répandre dans les écoles primaires les notions de toute nature propres à éclairer l'enfance et la jeunesse, à combattre de funestes préjugés et de déplorables habitudes ;
Considérant que ces notions diverses, pour être comprises par les enfants, doivent leur être présentées sous la forme la plus simple et la plus variée ; qu'elles ne peuvent être dans les écoles l'objet d'un enseignement spécial ; que, pour propager les connaissances élémentaires dont l'application usuelle doit exercer une heureuse influence sur les moeurs publiques, il convient de les graver de bonne heure dans la mémoire, et que le moyen d'arriver à ce résultat c'est de réunir ces notions dans un livre qui servirait à la fois d'exercice de mémoire, de lecture, d'écriture et d'exercice grammatical ;

Avons arrêté ce qui suit :

Un concours au jugement du conseil royal, sur le rapport de la section des études, est ouvert pour la composition d'un livre de lecture courante et d'exercice grammatical contenant les notions usuelles de toute nature les plus propres à détruire les préjugés et les mauvaises traditions, à propager les connaissances les plus utiles dans toutes les conditions de la vie, à inspirer l'amour du devoir et le respect des lois, à former les bons citoyens, en un mot, à améliorer les moeurs publiques.

Le livre de lecture courante et d'exercice grammatical devra présenter les notions ci-dessus indiquées, d'une manière graduée, tant pour le fond que pour la forme, avec simplicité et précision, variété et intérêt, de telle sorte qu'après la lecture de chaque page ou de chaque article, les enfants puissent être interrogés sur ce qu'ils viennent de lire, afin que le souvenir s'en grave dans leur mémoire. Ce livre ne devra pas contenir la matière de plus de 200 pages d'impression, petit in-8°.

L'auteur du livre qui aura été jugé digne du prix recevra, de nous, en Conseil royal de l'Université, une médaille d'or de la valeur de six mille francs. Le livre couronné tombera immédiatement dans le domaine public et il pourra être imprimé soit en un, soit en plusieurs petits volumes.

Des médailles de la valeur de cinq cents francs seront accordées aux auteurs des ouvrages qui, sans remplir entièrement les conditions du programme, seront reconnus utiles et moraux. Ces ouvrages tomberont également de plein droit dans le domaine public.

Les ouvrages présentés an concours devront être déposés, sans nom d'auteur, avec une devise seulement, au secrétariat du ministère de l'instruction publique, avant le 1er janvier 1849. La devise inscrite sur l'ouvrage sera reproduite au-dessus du nom de l'auteur, dans un bulletin cacheté qui devra être déposé en même temps que le manuscrit.

Fait au chef-lieu de l'Université, le 24 septembre 1847.
SALVANDY.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale