UFC Que Choisir de Nancy et environs

1890 - Les bourses scolaires des enfants handicapés

Nancy, le 9 mai 1890.

Messieurs,

Depuis de nombreuses années, le Conseil général de Meurthe-et-Moselle inscrit au budget départemental un crédit de 6,500 fr. pour être attribué en bourses ou fractions de bourses à de jeunes sourds-muets en situation d'être admis à l'institution de la Malgrange, près de Nancy.

Désireuse de voir étendre les bienfaits de l'instruction au plus grand nombre de ces déshérités, et frappée de cette considération que les sourds-muets ne peuvent profiter que dans une période déterminée et généralement assez courte (de 7 à 15 ans) des leçons qui leur sont aujourd'hui exclusivement données par la méthode orale, l'assemblée départementale a décidé, au cours de sa dernière session, que le nombre des bourses lui appartenant ne serait plus à l'avenir limité au nombre de treize, mais qu'il pourrait varier suivant les besoins signalés et dûment constatés, et qu'un avis dans ce sens serait donné aux municipalités et aux familles intéressées.

Il va de soi que le Conseil général n'a pas songé à prendre à la charge du département toute la dépense que pourrait entraîner l'éducation des sourds-muets de Meurthe-et-Moselle. Il s'est réservé le soin d'examiner la solution propre à chaque demande avec l'intention de tenir très sérieusement compte non seulement de la situation de fortune des familles et du concours qu'on peut être en droit d'exiger d'elles, mais aussi des sacrifices que les communes elles-mêmes auront bien voulu s'imposer dans l'intérêt de leurs postulants.

Je vous prie de donner aux familles des instructions en conséquence et de prendre les mesures nécessaires pour que les dossiers des enfants proposés me parviennent pour le 10 juillet au plus tard.

Chaque dossier devra comprendre :
1° L'acte de naissance du postulant, sur papier libre ;
2° Un certificat de vaccine ;
3° Un certificat médical attestant l'infirmité du postulant, mais faisant aussi connaître qu'il n'est point dépourvu de toute intelligence et qu'il est apte à profiter des leçons données à l'établissement ;
4° Un tableau de renseignements, dont le modèle sera fourni par la Préfecture, faisant connaître la situation de fortune et les charges de famille du pétitionnaire ;
5° Le bulletin des contributions ;
6° Un certificat d'indigence ou l'engagement souscrit par la famille de contribuer, dans une proportion déterminée, au paiement des frais de pension ;
7° L'avis du Conseil municipal contenant, s'il y a lieu, un engagement identique au nom de la commune.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération très distinguée.

Le Préfet, Léon STEHELIN.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale