UFC Que Choisir de Nancy et environs

1892 - Le contrôle des bohémiens

Nancy, le 4 octobre 1892.

Messieurs,

Un arrêté préfectoral du 8 juin 1874, rappelé par une circulaire de l'un de mes prédécesseurs, en date du 20 juin 1882, interdit, dans l'étendue du département, le stationnement sur la voie publique ou sur les terrains communaux des voitures servant au logement des bohémiens et autres individus nomades, sans profession avouée ; ceux de ces vagabonds qui ne justifient ni d'un domicile, ni de moyens d'existence, doivent être arrêtés et déférés aux tribunaux, et leurs voitures mises en fourrière jusqu'à la décision à intervenir.

Il semble que ces prescriptions, dont l'application rigoureuse offre, en Meurthe-et-Moselle, un intérêt particulier, soient aujourd'hui tombées en désuétude.

Je ne saurais trop vous recommander, Messieurs, d'apporter dorénavant une attention et une vigilance plus soutenues dans l'accomplissement des obligations qui vous incombent de ce chef.

Vous voudrez bien, chacun en ce qui vous concerne, empêcher l'arrêt ou la circulation, dans l'étendue de
votre circonscription territoriale, des équipages de nomades qui, la plupart du temps, ne vivent que de déprédations et constituent parfois un réel danger pour la sécurité publique. Vous devrez également apporter une extrême circonspection dans la délivrance des permissions sollicitées auprès de vous par les ambulants interlopes.

MM. les Maires des communes avoisinant la frontière devront surtout tenir la main à l'exécution stricte des instructions qui précèdent. Il leur appartiendra, lorsque des équipages de ce genre chercheront à pénétrer sur leur commune, de les refouler aussitôt au delà de la frontière.

Vous voudrez bien, toutes les fois que vous aurez eu à prendre une mesure de ce genre, m'en informer, et m'indiquer autant que possible les noms, professions et nationalité des individus habitant les véhicules auxquels vous aurez interdit l'accès de votre territoire.

Agréez, Messieurs, l'assurance de ma considération très distinguée.

Pour le Préfet,
Le Secrétaire général délégué,
E. ALAPETITE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale