UFC Que Choisir de Nancy et environs

1892 - Le danger du pain d'épice au sel d'étain

Paris, le 10 mai 1892.

Monsieur le Préfet,

Mon attention a été appelée sur l'emploi du sel d'étain dans la fabrication du pain d'épices. L'addition de ce sel permettrait d'utiliser des farines de qualité plus que médiocre, de subsituer la mélasse au miel et d'obtenir des produits conservant l'apparence de ceux de bonne qualité.

J'ai saisi de la question le Comité consultatif d'hygiène publique de France qui a fait procéder, dans son laboratoire, à l'analyse de divers échantillons de pains d'épices ainsi fabriqués.

Le rapport présenté au comité constate que la proportion de protochlorure d'étain employée varie de 500 grammes à 5 kilogrammes pour 100 kilogrammes de farine rendant 200 kilogrammes de pain d'épices. Or, il est établi que ce protochlorure est un corps assez violemment toxique susceptible d'occasionner des accidents plus ou moins graves suivant la dose ingérée.

D'après les analyses effectuées au laboratoire du comité sur des pains d'épices provenant de fabriques de Lille, un morceau d'une valeur de 0f ,10, pesant environ 200 grammes, renfermerait une quantité de protochlorure d'étain qui peut atteindre de un à deux grammes.

Il s'agit donc de l'introduction, dans un aliment de consommation très répandue, d'une substance qui non seulement a pour résultat de masquer des produits de qualité inférieure, mais qui encore doit être considérée comme dangereuse par elle-même.

Le comité consultatif d'hygiène publique de France a émis en conséquence l'avis que l'addition de sel d'étain à la pâte servant à la fabrication du pain d'épices constituait une falsification nuisible à la santé du consommateur.

Conformément à cet avis, des poursuites correctionnelles devront être provoquées par application des dispositions de la loi du 27 mars 1851 contre ceux qui fabriqueraient ou mettraient en vente des pains d'épices contenant du sel d'étain.

Vous voudrez bien, Monsieur le Préfet, porter la présente circulaire à la connaissance de MM. les Maires par la voie du Recueil des Actes Administratifs de votre Préfecture et donner des instructions à MM. les Inspecteurs des pharmacies, drogueries et épiceries pour qu'ils exercent une surveillance spéciale, au cours de leur prochaine tournée, sur la qualité des pains d'épices mis en vente.

Recevez, Monsieur le Préfet, l'assurance de ma considération la plus distinguée.

Le Président du Conseil,
Ministre de l'intérieur,
Pour le Ministre et par autorisation :
Le Directeur de l'assistance et de l'hygiène publiques,
Signé : MONOT.

Pour copie conforme :
Le Préfet, Léon STEHELIN.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale