UFC Que Choisir de Nancy et environs

1903 - La protection des instituteurs

Paris, le 25 mars 1903.

Le Président du Conseil. Ministre de l'intérieur et des cultes.

à MM. les Préfets.

Des débats récents au Parlement ont fait ressortir les procédés odieux dont un instituteur avait été victime. Je suis informé que ce fait ne serait pas isolé : dans plusieurs départements, des instituteurs se verraient l'objet de vexations, de tracasseries et même de violences ; des manifestations injurieuses seraient publiquement organisées contre eux, avec sinon l'approbation, du moins la complicité tacite des chefs des municipalités.

Il importe que l'autorité supérieure mette un terme à cet état de choses, au moment surtout où l'application ferme des lois scolaires et de la loi sur les associations est l'occasion d'un redoublement d'hostilité de la part des adversaires de l'enseignement laïque.

Il n'est pas admissible, en effet, que les représentants officiels de cet enseignement ne trouvent pas auprès des magistrats chargés du maintien de l'ordre public, toute la protection à laquelle ils ont droit. Cette protection, qui ne doit faire défaut à aucun citoyen, est dûe, à plus forte raison, à ces modestes fonctionnaires investis de la difficile mission d'élever nos enfants et d'en faire des citoyens utiles et dévoués à la République.

C'est pourquoi, Monsieur le Préfet, je vous invite, de la façon la plus formelle, à veiller à ce que les Maires remplissent sans faiblesse toutes les obligations qui leur incombent en leur double qualité de magistrats chargés de la police municipale et d'officiers de police judiciaire. Cette double qualité leur fait un devoir d'assurer l'entière sécurité de leurs concitoyens et de seconder l'oeuvre de la justice par la constatation et la recherche des crimes et délits.

Je n'hésiterais pas à sévir contre ceux d'entre eux qui, par leur inertie, se rendraient complices de manifestations ou de violences dirigées contre le personnel enseignant.

Vous voudrez bien, Monsieur le Préfet, insérer la présente circulaire dans le prochain Bulletin des Actes administratifs de votre Préfecture et m'en accuser réception sous le timbre : Cabinet, affaires politiques.

Le Président du Conseil,
Ministre de l'Intérieur et des Cultes,
E. COMBES.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale