UFC Que Choisir de Nancy et environs

1903 - Les abattoirs privés

Nancy, le 2 février 1903.

A MM. les Maires du département.

Messieurs, mon attention a été appelée sur l'existence d'un grand nombre de tueries particulières qui se sont installées sans l'autorisation réglementaire de l'administration préfectorale.

Vous n'ignorez pas, Messieurs, les graves inconvénients que peuvent avoir pour la santé publique les pratiques fâcheuses employées par certains industriels peu scrupuleux qui livrent à la consommation des viandes provenant d'animaux morts ou atteints d'affections susceptibles de se transmettre à l'homme. C'est pour tâcher d'obvier à ces inconvénients sérieux que le législateur a soumis les tueries à l'inspection sanitaire prévue par la loi du 21 juillet 1881 et a obligé les propriétaires de ces établissements à se munir de l'autorisation exigée pour la création des établissements insalubres de 2ème classe. Il importe donc, dans un intérêt public, que les exploitants de tueries particulières ne puissent se soustraire au contrôle tutélaire créé par la loi, et je vous prie de vouloir bien rappeler à ceux de vos administrés qui auraient, par ignorance, négligé de s'y conformer, les prescriptions du décret du 15 octobre 1810.

Les intéressés auront pour régulariser leur situation à m'adresser, sous le plus court délai, une demande d'autorisation sur papier timbré. Ils auront à joindre à cette demande, et établis sur papier libre, le plan de détail de la tuerie et le plan général dans un rayon de 150 mètres des propriétés avoisinantes bâties ou non.

Je recommande cette affaire à vos soins particuliers et je vous prie de vouloir bien, en m'accusant réception de la présente circulaire, me donner la liste des bouchers qui auront été mis en demeure de régulariser leur situation.

Agréez, Messieurs, l'assurance de ma considération la plus distinguée.

Le Préfet. HUMBERT.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale