UFC Que Choisir de Nancy et environs

1904 - La destruction de la cuscutte

Nous, préfet du département de Meurthe-et-Moselle, chevalier de la Légion d'honneur,

Vu la loi du 24 décembre 1888 :
Vu l'article 76 de la loi du 21 juin 1898 ;
Vu l'arrêté préfectoral intervenu le 9 octobre 1891, sur la demande du conseil général, pour prescrire la destruction de la cuscute dans le département ;
Vu la circulaire de M. le ministre de l'agriculture en date du 14 octobre 1904 signalant un nouveau péril, résultant de l'introduction, dans nos cultures, de plusieurs espèces de cuscutes importées chez nous avec des semences de légumineuses d'origine américaine et dont la plus fréquente est celle désignée par les botanistes sous le nom de Cuscuta Gronovii ;
Vu les instructions ministérielles ;

ARRÊTONS :

ART. 1er. - L'arrêté préfectoral du 9 octobre 1891 est rapporté.

ART. 2. - Il est enjoint à tout propriétaire, usufruitier, régisseur, colon, fermier ou locataire, de détruire les taches de cuscute dès qu'elles se manifestent dans les propriétés qu'il exploite.

ART. 3. - Les gardes champêtres et autres agents de la force publique constateront, par des procès-verbaux, les contraventions au présent arrêté.

ART. 4. - MM. les maires feront afficher le présent arrêté à la porte de la maison commune et en assureront la conservation.
Ils devront, en outre, veiller tout particulièrement à son exécution et en rappeler les dispositions à leurs administrés par des avis spéciaux et annuels.

Nancy, le 17 octobre 1904.

Le préfet, HUMBERT.

Le présent arrêté a été approuvé par M. le ministre de l'agriculture à la date du 3 novembre 1904.


MÉTHODE à la fois efficace et très simple à suivre pour réaliser aussi complètement que possible cette destruction (indiquée par M. Schribaux, directeur de la station d'essais de semences et professeur à l'Institut national agronomique).

Après avoir délimité la tache et compris dans la surface à traiter une zone de 1 mètre au moins, extérieure à celle où les filaments sont apparents, on enfouit la légumineuse, puis on sème une graminée sur la terre retournée et fortement tassée. La cuscute ne peut vivre sur les graminées et meurt d'inanition. Dans un trèfle des prés, qui dure peu de temps, on sèmera une graminée à végétation rapide : du ray-grass d'Italie, du moka ou de l'avoine, suivant la date à laquelle on opère. S'agit-il d'une luzerne qui doit être conservée encore plusieurs années, on s'adressera à un mélange de dactyle et d'avoine élevée.

Dans le cas où la cuscute commencerait à fructifier, avant de retourner la tache, il faudrait récolter la légumineuse attaquée, en la coupant aussi bas que possible, et la brûler sur un chemin en prenant la précaution de la transporter dans une bâche pour ne pas disséminer les grains du parasite dans les terres cultivées.

Ce procédé est plus certain, plus facile et moins coûteux que la destruction par le sulfate de fer, souvent préconisée. Il convient de l'appliquer dès que les taches de cuscute se manifestent.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale