UFC Que Choisir de Nancy et environs

1904 - Le développement de la gymnastique

Nancy, le 24 décembre 1903.

Le Préfet à Messieurs les Maires.

J'ai l'honneur de vous communiquer, ci-après, le texte d'une circulaire du comice de permanence de l'Union des Sociétés de gymnastique au sujet du développement de ces associations.

J'appelle toute votre attention sur les avantages concédés par l'Union aux communes qui répondront à son pressant appel et sur l'intérêt patriotique qui s'attache à la création d'institutions de ce genre dans le département.

Je serais heureux d'apprendre que cet appel a été entendu et que tous vos efforts tendront à la réalisation du but poursuivi.

Le Préfet, HUMBERT.


UNION DES SOCIÉTÉS DE GYMNASTIQUE DE FRANCE.

Le comité de permanence de l'Union des sociétés de gymnastique de FRANCE à Messieurs les Préfets de la République française.

Bordeaux, le 20 décembre 1903.

Monsieur le Préfet,

Nous prenons la respectueuse liberté d'appeler votre attention éclairée sur l' intérêt patriotique qu'il y aurait à développer la création de sociétés de gymnastique dans votre département.

Il y a quelques jours, à Paris, au moment de la célébration du 30ème anniversaire de l'Union, qui était présidée par M. le Président de la République lui-même, nous entendions M. le Ministre de la guerre nous encourager dans nos efforts et exprimer le voeu que, désormais, dans les villes comme dans les campagnes, dans la plus grande des agglomérations comme dans le plus petit des hameaux, il fût possible de pratiquer la gymnastique.

« Si vous avez 150 000 adhérents aujourd'hui, nous disait M. le général André, il faut que vous en ayez un million à brève échéance.
De mon côté, soyez certains que j'emploierai pour cela toutes les mesures qui me paraîtront être efficaces, car il faut - je suis heureux de répéter ici ce que j'ai dit à Saint-Emilion - que les gymnastes de l'Union des sociétés de gymnastique de France finissent par trouver de tels avantages que tous les jeunes Français éprouvent le besoin de passer entre vos mains avant d'arriver au régiment. »

C'est sous l'empire de cette pensée, Monsieur le Préfet, et en présence de la nécessité impérieuse - à la veille du service de deux ans - de préparer et de fortifier les jeunes gens avant leur incorporation, que nous vous demandons si vous ne jugeriez pas utile d'exhorter les Maires de toutes les communes de votre département à examiner la question.

Nous nous mettons entièrement à la disposition de ceux d'entre eux qui désireraient des renseignements ; nous pouvons leur envoyer des statuts règlements et documents de toutes sortes, et la société, une fois formée et déclarée (Loi du 1er juillet 1901), leur accorder des diplômes et des médailles, mettre à leur disposition des appareils, leur désigner des conférenciers, etc., en un mot leur faciliter, dans une large mesure, l'accomplissement de leur tâche.

Enfin, sur l'initiative de M. le Ministre de la guerre, nous allons préparer de toute urgence une méthode de gymnastique aussi simple que possible - permettant à un instructeur, même assez inexpérimenté, d'obtenir d'excellents résultats - et ayant le même esprit que le Manuel de l'armée ; nous la soumettrons à sa haute sanction et à celle de M. le Ministre de l'instruction publique qui, déjà, par la création d'un cours supérieur d'éducation physique, approuvé qu'il voulait donner à nos maîtres de gymnastique un enseignement uniforme, susceptible de permettre à ces vaillants éducateurs de notre jeunesse de rendre encore plus de services.

A l'heure actuelle, l'Allemagne compte 6 000 sociétés de gymnastique ; en France, il n'y en a pas 900 ; ces chiffres vous indiquent l'effort que nous avons à faire.

Et, c'est convaincus qu'il n'est pas au-dessus de nos forces à tous et que nous pouvons compter entièrement sur votre précieux concours, si efficace en cette circonstance, que nous vous prions, Monsieur le Préfet, d'agréer l'assurance de nos sentiments les plus respectueux et les plus dévoués.

Pour le Comité de permanence,
Le Président de l'Union,
Charles CAZALET.

Comité.

MM. Cazalet (Charles), Président, Bordeaux.
Laly, Vice-Président, Compiègne.
Wachmar, Vice-Président, Lille, 77, rue Manuel.
Krug, Trésorier-Archiviste, Nancy, 2G, avenue de la Garenne.
Pancol (Jean), Secrétaire général, Bordeaux, 8, rue Reignier.

Membres.

MM. P. Christmann, Paris, 57, faubourg Saint-Denis.
Docteur Convers, Saint-Étienne, 9, rue de la Préfecture.
Deflandre, Cambrai, 6, rue des Trois-Pigeons.
L. Lentil, Paris, 20, avenue du Bel-Air.
Manchet, Châteaurenault, 32, place de l' Hôtel-de-Ville.
Morel. Limoges, 1, rue Mirabeau.
Puibaraud, Nantes, 50, quai de la Fosse.
Kiérer, Rouen, 57, rue Jeanne-d'Arc.
P. Michonneau, Arras.
Audemars, Arras.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale