UFC Que Choisir de Nancy et environs

1905 - L'incinération des pansements

Paris, le 22 février 1905.

Le ministre de l'intérieur à MM. les préfets.

En vous transmettant le règlement-modèle de service intérieur des hospices et hôpitaux, la circulaire ministérielle du 15 décembre 1899 a appelé votre attention (p- 14, 50 et 62) sur les conditions de propreté, d'hygiène et d'asepsie que doivent remplir les établissements hospitaliers.

Au nombre des mesures qui doivent être prises dans cet ordre d'idées et à l'exécution desquelles doit veiller plus particulièrement l'administration de ce service, je dois vous signaler tout particulièrement l'incinération des objets ayant servi aux pansements des malades : gazes, ouates, éponges, etc. Il est essentiel, au point de vue prophylactique, que ces objets, dès qu'ils ont cessé de servir à l'usage des malades, soient immédiatement détruits par le feu. Il ne suffirait pas, pour éviter tout danger de contamination, qu'ils fussent simplement désinfectés.
La désinfection s'applique aux objets de literie, au mobilier proprement dit, aux vêtements des hospitalisés, etc.

Les objets de pansement doivent être brûlés.

Il faut éviter avec le plus grand soin que les agents du personnel secondaire, comme le fait s'est malheureusement produit, paraît-il, puissent détourner des objets de pansement ayant servi et en fassent trafic avec des personnes de l'extérieur qui, nettoyant ces objets par des procédés plus ou moins imparfaits, les remettent dans le commerce. Je n'ai pas besoin d'insister sur les dangers que présente, à divers égards, une pareille pratique.
Il suffira, je n'en doute pas, d'attirer, sur cet abus possible, la vigilance des commissions hospitalières pour qu'elles sentent la nécessité absolue d'y remédier par l'incinération des objets employés au pansement des malades.

Je vous prie de m'accuser réception de la présente circulaire que vous voudrez bien faire insérer dans le Recueil des Actes administratifs de votre préfecture.

Pour le ministre de l'intérieur,
Le conseiller d'État, directeur de l'assistance et de l' hygiène publiques,
Signé : MONOD.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale