UFC Que Choisir de Nancy et environs

1905 - Les sociétés de tir des pompiers

Le préfet à MM. les maires.

J'ai l'honneur de vous communiquer ci-après le texte d'une circulaire de M. le ministre de l'intérieur, en date du 21 mars 1905, relative à l'organisation de sociétés de tir dans les corps de sapeurs-pompiers.

J'appelle toute votre attention sur les dispositions de ce document que vous voudrez bien porter à la connaissance du corps de sapeurs-pompiers de votre commune.

Je serais heureux d'apprendre qu'il a été répondu à l'appel de M. le ministre.
Le préfet, HUMBERT.


Paris, le 21 mars 1905.

Le ministre de l'intérieur à MM. les préfets.

Vous savez toute l'importance que le Parlement et le gouvernement de la République attachent à la diffusion de l'enseignement du tir, qui prépare aux exercices du service militaire et en entretient les résultats après la sortie du régiment. À cet effet, des encouragements, sous forme de récompenses et de subventions, sont accordés par mon administration aux sociétés civiles ou mixtes ayant pour objet la pratique et l'enseignement du tir.

Or, mon attention vient d'être appelée sur l'intérêt que présenterait l'organisation de sociétés de tir dans les corps de sapeurs-pompiers.

Ces corps ont, en général, l'habitude de comprendre quelques exercices de tir au fusil dans leurs manoeuvres. Mais souvent ces tirs s'exécutent dans des conditions défectueuses, faute d'installation et de direction compétente.

Il en serait différemment si, comme cela existe déjà pour un grand nombre d'écoles, de lycées et de collèges, les corps de sapeurs-pompiers formaient, dans leur sein, des sociétés de tir, en s'adjoignant au besoin des personnes capables de les diriger ou de les aider ; et, à ce dernier point de vue, il y aurait, pour les sociétés de tir formées parmi les pompiers, avantage à s'affilier à l' « Union des sociétés de tir de France », reconnue d'utilité publique.

L'Union leur fournirait, sans compter, les indications spéciales qui pourraient être demandées, tous les documents d'instruction que cette association envoie à ses adhérents, notamment les règlements et instructions sur le tir et le manuel pour la construction des stands.

Les sociétés affiliées pourraient, en outre, recevoir des prix pour leurs concours et participer aux grands championnats de l'Union, concours nationaux destinés à susciter, entre les sociétés et les tireurs, une féconde émulation. Le montant de la cotisation est de 20 fr. pour les sociétés de tir à longue portée des chefs-lieux d'arrondissement et de département, et de 5 fr. pour les autres. Ce crédit serait sans nul doute voté par les conseils municipaux qui ont organisé des corps de sapeurs-pompiers, à qui l'exercice du tir offre, en même temps qu'une occupation utile, une saine distraction.

Je rappelle que le ministère de la guerre prête des fusils aux sociétés de tir régulièrement organisées et délivre des munitions à titre remboursable, ou même gratuit, quand les sociétés méritent cette concession par leur bon fonctionnement (instruction du 21 juin 1904). Des fusils spéciaux étant prêtés par le ministère de la guerre, il va de soi que les sociétés de tir peuvent se constituer aussi facilement dans les corps non armés que dans les corps armés.

Vous trouverez ci-joint un modèle de statuts, qui pourra être adopté par les corps de sapeurs-pompiers désireux de former une société de tir soit exclusivement entre leurs membres, soit entre ceux-ci et d'autres personnes étrangères au corps ; la qualité de sapeur-pompier n'est pas, en effet, une condition indispensable pour faire partie des sociétés de tir, même formées entre sapeurs-pompiers, mais ces derniers en constitueront le noyau et pourront contribuer, par leur exemple et par leurs conseils, à la diffusion du goût du tir dans leur commune. Ce sera un service de plus, qui augmentera leurs droits à la reconnaissance du gouvernement et des populations.

Le ministre de l'intérieur,
Eug. ÉTIENNE.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale