UFC Que Choisir de Nancy et environs

1911 - Les bonnes oeuvres de M. CARNEGIE

Nancy, le 17 février 1911.

Le préfet de Meurthe-et-Moselle à MM. Les maires du département

J'appelle d'une façon toute particulière votre attention sur la circulaire ci-après de M. le président du conseil, ministre de l'intérieur et des cultes, relative à la Fondation Carnegie.

Paris, le ler février 1911.

Le président du conseil, ministre de l'intérieur et des cultes à MM. les préfets.

Par une lettre du 9 février 1909, M. Andrew Carnegie, constatant le succès obtenu par le « Hero Fund » aux États-Unis et en Grande-Bretagne, offrait à la France un capital de 1 million de dollars.

Pour assurer l'exécution de cette généreuse libéralité, un décret du 23 juillet suivant, inséré au Journal officiel du 25 juillet, autorisait la création d'un établissement public dénommé « Fondation Carnegie ».

Cet établissement a pour but de récompenser les actes d'héroïsme civil au cours desquels, comme l'a dit le fondateur, « des hommes et des femmes sont blessés ou perdent la vie en cherchant à protéger ou à sauver leurs frères ». Il résulte de cette énonciation, ainsi d'ailleurs que des principes admis par la commission de la Fondation lors de ses premières séances, que l'acte d'héroïsme doit être nettement établi et constaté. Par suite, les actes de dévouement et de courage dénués de tout caractère héroïque ne sauraient être admis au bénéfice de la Fondation.

La Fondation procédera à l'attribution soit de médailles, soit d'allocations en argent, soit de pensions aux auteurs des actes d'héroïsme, à leurs veuves, à leurs ascendants ou à leurs enfants.

Je vous prie de vouloir bien donner les instructions nécessaires pour qu'il soit répondu à toutes les demandes de renseignements qui pourront vous être adressées par le bureau de la Fondation Carnegie, en vue de l'examen des demandes présentées à la commission.

Il ne vous échappera pas, d'autre part, que, pour répondre pleinement aux intentions de M. A. Carnegie et pour permettre aux auteurs d'actes d'héroïsme d'être admis au bénéfice de la Fondation, la plus large publicité doit être donnée à l' oeuvre. C'est en effet cette publicité qui peut lui assurer ses moyens d'action les plus efficaces.

Vous voudrez bien en conséquence prescrire l'inscription de la présente circulaire au Recueil des Actes administratifs de votre département, dont vous aurez à me transmettre un exemplaire. Vous ne manquerez pas, également, d'en donner communication à l'ouverture de la prochaine session du conseil général, de même que vous inviterez MM. les maires à en faire lecture à leur conseil municipal. Je ne peux, en outre, que vous inviter à faire connaître les personnes qui se seront signalées par leurs belles actions.

J'ajoute que la commission a décidé de ne procéder qu'à l'examen des demandes postérieures au 1er juillet 1909, date de la création de la Fondation.

En ce qui concerne les demandes qui vous paraîtront susceptibles de lui être soumises, vous devrez fournir les indications suivantes :
1° Age du chef de famille ;
Age de la femme ;
Age et sexe de chacun des enfants ;
2° Leur adresse ;
3° Rapport détaillé sur les circonstances au cours desquelles s'est signalé l'intéressé.
Résultats de l'enquête (procès-verbaux, témoignages, attestations) ;
4° Ressources (salaires, traitements, revenus, etc.)
A) Du père ;
B) De la mère ;
C) Des enfants ;
5° Renseignements circonstanciés sur la conduite et la moralité de l'intéressé ;
6° Indications :
A) Des allocations reçues par l'intéressé à l'occasion de son acte de dévouement ;
B) Des distinctions honorifiques qu'il lui a values.

L'établissement ayant son siège provisoire au ministère de l'intérieur, les communications devront être adressées sous le timbre : « Ministère de l'intérieur, Fondation Carnegie, 13, rue Cambacérès, Paris. »

Vous voudrez bien m'accuser réception de la présente circulaire sous le timbre susénoncé.

Le président du conseil,
ministre de l'intérieur et des cultes,
Aristide BRIAND.

Vous voudrez bien donner lecture de cette circulaire au conseil municipal de votre commune lors de sa prochaine réunion.

Le préfet,
Adolphe BONNET.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale