UFC Que Choisir de Nancy et environs

1835 - La tenue de l'état civil

Nancy, le 15 mai 1835.

MESSIEURS,
Il résulte d'un rapport de M. le Procureur du Roi près le tribrunal civil de Nancy, qu'en opérant la vérification des registres de l'état civil de l'année 1834, il a remarqué que, dans beaucoup de communes, les actes portés sur lesdits registres sont écrits avec une encre si mauvaise et si blanche que l'écriture paraît à peine et qu'il est à craindre que d'ici à peu d'années elle ne s'altère au point que les actes dont il s'agit deviennent complètement illisibles: sachant tous, Messieurs, de quelle importance sont les registres de l'état civil et pour la société en général et pour les familles en particulier, vous concevrez facilement combien il est nécessaire d'assurer leur conservation.

Or, la première et la plus indispensable des précautions à prendre, est de n'user pour l'inscription de ces actes, que d'une encre bien composée, bien noire et que le temps ne puisse altérer. Je ne saurais donc trop vivement appeler sur cet objet tous vos soins; car dans le cas où MM. les Procureurs da Roi m'en feraient la demande, je me verrais contraint de faire dresser, aux frais des communes, copies des registres de l'état civil, dont l'écriture serait déclarée susceptible d'altération.

Pour vous faciliter les moyens de vous procurer de l'encre bien composée, je vous adresse ci-après une recette dont l'usage est facile et peu dispendieux; mais il est essentiel que vous défendiez qu'on mette jamais ni eau ni vinaigre dans les écritoires, attendu que cette addition décompose toujours l'encre, quelle que soit l'excellence de sa qualité.

Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération distinguée,
Le Préfet de la Meurthe,
L. ARNAULT.

Recette pour faire de l'encre.
Pour six litres d'eau chaude, prenez 12 onces de noix de galle, 6 onces de gomme arabique, 6 onces de couperose verte, 6 onces de sucre candi, pour vingt centimes de vitriol bleu.
Il faut verser l'eau chaude sur toutes ces substances concassées et les laisser macérer pendant vingt jours à froid.

Document publié le 01-01-2004

Retour à la page principale