UFC Que Choisir de Nancy et environs

Le danger des champignons


Liberté . Égalité . Fraternité .
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Dir, Dép, concurrence Consommation et Répression des Fraudes
50, Rue des Ponts - C.O. N° 44
54036 NANCY CEDEX
Tél. 03 83 17 72 50
Fax 03 83 35 38 84

Pour Information.

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE,
LA PROTECTION SOCIALE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE

Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Direction générale de la Santé

Paris, le 16 septembre 2004.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Danger présenté par une consommation excessive
du champignon « Tricholome équestre »


En cette période de récolte de champignons sauvages, les amateurs doivent être informés que le Tricholome équestre ((Tricholoma equestre, Tricholoma flavovirens), encore appelé « Chevalier », « Bidaou » ou encore « Jaunet », est interdit à la vente et à l'importation par un arrêté du 16 juin 2004 (Journal Officiel du 20 juin 2004).

En effet, ce champignon présenté jusqu'alors par la plupart des ouvrages sur le sujet comme comestible peut en réalité s'avérer dangereux en cas de consommation excessive (estimée à environ 150 grammes et plus de champignons frais) en l'espace de quelques jours. Le Tricholome équestre est essentiellement consommé dans le Sud-ouest de la France (mais on peut le retrouver dans toutes les régions françaises).

12 cas de rhabdomyolyses aiguës (destruction des cellules musculaires), survenus dans le Sud-ouest de la France entre 1992 et 2000, dont trois cas mortels ont été rapportés (*). Les cas observés ont été clairement imputés à une consommation excessive de tricholome équestre, Le temps de latence varie de 24 à 72 heures après le dernier repas. Les premiers signes associent une fatigabilité musculaire anormale, des douleurs musculaires prédominant au niveau des hanches et des épaules ainsi que des sueurs sans fièvre. Les troubles digestifs sont mineurs voire absents. Les symptômes associés à une consommation de Tricholomes doivent faire l'objet d'une consultation sans délai.

Il est conseillé aux ramasseurs individuels de :
- ne pas consommer ce champignon , en particulier après des troubles évoquant une intoxication, même bénigne, à ce champignon car on ne peut exclure une sensibilité individuelle.
- consulter rapidement un médecin si des douleurs musculaires apparaissent en cas de consommation de Tricholomes.

Il est rappelé aux amateurs de champignons sauvages de ne consommer que des produits parfaitement identifiés comme comestibles et au moindre doute de consulter un pharmacien.

Contacts presse :
DGS Laurence Danand
Tel : 01 40 56 52 62
E-mail : laurence.danand@sante.gouv.fr
www.sante.gouv.fr

DGCCRF Gérard Péruilhé
Tel : 01 44 97 23 91
E-mail : gerard.peruilhe@dgccrf.finances.gouv.fr

(*) http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numio=ECOC0400035A




Tricholoma equestre, Tricholoma flavovirens

Document publié le 20-09-2004

Retour à la page principale