Mardi 21 Novembre 2017 > les combats
  Cliquez pour revenir à la page d'accueil Association de Défense des Consommateurs de Lorraine
Actualités
> Les Chiffres
> Editorial
Articles
> Local
> Communiqué
> Fait Divers
> Juridique
> Etudes Juridiques
Curiosités du passé
> Education
> Militaire
> Interdits
> Vie Politique
> Vie sociale
> Vie quotidienne
Dossiers
> Les Huissiers
> Les Rongeurs
> Murcef
Antipac
> Dernier Numéro
> Archives
Contact
> Qui sommes nous ?
> Où nous trouver ?
> Adhésion
> Liens
Fait DiversImprimer Envoyer par mail

CREDIREC - FINANCIERE SUFFREN : Prudence

Nous avons ouvert 300 dossiers concernant cette société de recouvrement. Vous pouvez nous aider

Nancy, le 30/08/2010



Nous vous demandons de nous apporter des témoignages sur la relation née de l'apparition dans le paysage de cette entreprise. Vous pouvez nous adresser ce document soit par mail à contact@ufcnancy.fr ou à l'adresse suivante :UFC QUE CHOISIR de Nancy, 76 Rue de la Hache, 54000 NANCY



Nous vous en remercions par avance



Cordialement

Le service juridique



Nancy, le 15/08/2010



Nous gérons un nombre important de dossiers relatifs à l'activité de cette société. Nous avons également le top pour les visites sur nos sites Internet. Nous avons en registré plus de 30 000 visiteurs uniques !



Les conseils donnés ci-dessous sont à appliquer avec méthode. N'hésitez pas à nous contacter



Cordialement

Le service juridique



Nancy, le



Elle demande le paiement de dettes vieilles de 25 ans ! par des méthodes particulièrement hardies avec des montants pharaoniques dépassant dans plusieurs cas largement 10 000 ?



Il semble que cette entreprise ait racheté les dettes de plusieurs sociétés de crédit dont notamment la société CREDIPAR qui finançait les ventes de véhicules CITROËN ou PEUGEOT



Aucune réponse n'est apportée quant un consommateur demande le double des documents qui prouverait la dette.



Si vous êtes harcelés par ces gens qui vont jusqu'à envoyer des télégrammes, à vous téléphoner, à vous écrire, ne signez rien.



Installez un répondeur et dés réception d'un courrier menaçant, faites une lettre en recommandé avec AR pour EXIGER la preuve de la créance.



Si vous recevez ces documents, contactez nous soit par mail à contact@ufcnancy.fr soit par courrier ufc que choisir de Nancy, 76 Rue de la Hache, 54000 NANCY



Si vous demeurez en Meurthe et Moselle, nous vous demandons de venir avec la copie complète de tous les courriers le plus rapidement possible à une permanence litige ( lundi ou mercredi de 18h à 20H ). Nous vous aiderons à gérer ces relations bizarres avec cette société.



Si vous avez des accords avec ces gens, envoyez un recommandé avec AR pour EXIGER les documents justifiant la créance. Si vous avez un vide sidéral, la visite à l'UFC Que Choisir est encore plus importante...



Cordialement

Le service juridique



Vous trouverez ci-dessous un droit de réponse de cette société. Nous publions à la suite de ce courrier notre réponse à ce document...



Nous vous laissons apprécier la situation....



UNION FEDERALE DES CONSOMMATEURS Association locale affiliée sis à NANCY (54000)

Paris, le 24 avril 2006

L'association UFC Que Choisir NANCY a publié le 25 février 2006 via son site Internet un article intitulé « FINANCIERE SUFFREN -CREDIREC : Prudence » dans lequel elle dénonce l'activité et les méthodes des Sociétés CREDIREC FINANCE et FINANCIERE SUFFREN auquel ces dernières entendent apporter par la présente les rectifications suivantes. La Société CREDIREC FINANCE (filiale mandataire en recouvrement du Groupe CREDIREC), exerce une activité de recouvrement amiable de créances régit par le Décret no 96-1112 du 18 décembre 1996 et agit en qualité de mandataire des créanciers. Son activité est parfaitement légale et justifiée respectant les dispositions du décret précité et exerce son droit de poursuite concernant le paiement de créances non éteintes. La Société FINANCIERE SUFFREN (filiale d'investissement du Groupe CREDIREC), acquiert les créances dont elle poursuit le recouvrement par voie amiable ou judiciaire. A ce titre, elles entrent en contact avec les débiteurs concernés pour envisager le règlement amiable des créances en priorité. A défaut, le débiteur concerné prend le risque d'une procédure judiciaire. Leur action ne peut en aucun cas être qualifiée de « harcèlement » et elles n'ont d'ailleurs JAMAIS fait l'objet d'une condamnation judiciaire sur ce fondement. En outre, chaque gestionnaire travaillant pour le compte des Sociétés CREDIREC FINANCE et FINANCIERE SUFFREN est soumis à des règles déontologiques strictes réunies en une charte signée par chacun dont le non respect expose à des sanctions. Cordialement, Les Sociétés CREDIREC FINANCE et FINANCIERE SUFFREN



Nous vous communiquons à titre d'exemple un cas réel. Il sera inséré en préambule la réponse de la société en date du 02/02/2006.



FINANCIERE SUFFREN



10, impasse de Presles 750 15 Paris Téléphone: 01 53 86 1660 Fax : 01 53861679



Union Fédérale des consommateurs Que Choisir Nancy 2, rue des Fabriques 54000 Nancy



Affaire- X / FINANCIERE SUFFREN

Vos références: 4940/GG



Dossier suivi par Mme ?.



Paris, le 2 février 2006,



Madame, Monsieur ,



Nous revenons vers vous dans le dossier ci-dessus référencé et faisons suite à votre correspondance du 17 novembre 2005 qui a retenu toute notre attention ce qui explique en grande partie le retard apporté à notre réponse.



Suite aux documents qui nous ont été transmis, nous avons procédé à une analyse approfondie du dossier. Nos recherches nous ont permis d'établir de manière certaine que votre adhérent n'est pas le titulaire du contrat référencé ?. pour lequel il était relancé par notre gestionnaire Madame



Les éléments qui nous avaient été transmis au départ de nos actions, nous ont malheureusement conduit à cette erreur d'interprétation. Le dossier ?. est bien dû par Mr X mais la personne que nous recherchons n'a pas le même lieu de naissance que celui de votre adhérent.



Par conséquent nous avons de suite pris les dispositions qui s'imposaient et avons fait établir un chèque de remboursement des sommes encaissées à tort soit 3 201.45 euros, somme qui sera rétrocédée à votre adhérent avec le courrier dont nous vous joignons copie.



Nous vous prions d'agréer Madame, Monsieur nos salutations distinguées.





Pj : copie du courrier adressé à monsieur X

- Photocopie du chèque de remboursement



Ce courrier fait suite à notre lettre en date du 17/11/2005 reproduit ci-dessous :



Nancy, le 17/11/2005



CREDIREC

74 Rue de la Fédération, BP 587

75726 PARIS CEDEX

N/Réf. : dossier n° 4940 / GG

(à rappeler dans toutes vos correspondances)

V / Réf : xxxxxxxxxxxxxx



Messieurs,



Notre adhérent, M. X c, domicilié Rue de , 54 z, nous a fait part du litige qui l?oppose à votre société.



Il a reçu des courriers lui demandant de payer la somme de 4605.60 ? correspondant à une dette selon vos affirmations datant de 1995 due à la société SOFINCO pour un crédit souscrit en 1991



Devant cette situation, il a accepté de régler cette somme par mensualités de 152.45 ? tout en demandant des explications à la société SOFINCO par lettre en recommandé avec AR le 11/02/2004



Il nous paraît opportun faire un historique complet des correspondances envoyées et reçues compte tenu de la situation extravagante de notre adhérent.



Ø Télégramme lui demandant de vous appeler le 06/01/2004

Ø Lettre de relance amiable en date du 05/02/2004 lui demandant 4605.60 ?

Ø Lettre du 11/02/204 vous demandant de' lui envoyer les documents

Ø Lettre du 11/02/2004 à SOFINCO indiquant que la dette a été réglée le 20/121995 ? sans réponse à ce jour

Ø Lettre de confirmation de proposition amiable en date du 20/02/2004.

Ø Lettre en date du 20/02/2004 faisant allusion à un appel téléphonique et contenant 10 chèques de 152.45 ?

Ø Lettre du 15/01/2005 confirmant qu'il est redevable de 3233.55émis par la société FINANCIERE SUFFREN, société ayant un Siret différent du votre.

Ø Lettre en date du 15/01/2005 l'informant d'une cession de créance entre ma société FC France et FINANCIERE SUFFREN en date du 29/06/2004

Ø Lettre de relance en date du 27/01/2005

Ø Lettre du 31/01/2005 de M. X vous demandant d'apporter la preuve de votre créance.

Ø Lettre de confirmation de proposition amiable en date du 04/02/2005 avec un échéancier de 9 mois

Ø Lettre en date du 12/07/2005 à SOFINCO pour demander une fois de plus le justificatif prouvant qu'il a tout payé

Ø Attestation de Maître V, huissier de justice indiquant que la dette de M. X est soldée au 19/12/1995 et les fonds versés en janvier 1996.

Ø Lettre en date du 31/08/2005 à Mme C? lui communiquant l'attestation de Maître V et demandant le remboursement des sommes déjà versées.

Ø Télécopie en date du 30/09/2005 à Mme C? envoyant une nouvelle fois l'attestation de l'huissier

Ø Télégramme de Mme C demandant à notre adhérent de lui téléphoner d'urgence !!!



Nous relevons à titre sommaire quelques curiosités qui méritent d'être relevés.



Ø Aucune réponse de la société SOFINCO n'a été apportée au courrier du 11/02/2004.

Ø Mme C. écrit au nom de CREDIREC ou de FINANCIERE SUFFREN.

Ø M. X n'a jamais été averti de cette cession de créance et il est curieux que CREDIREC encaisse les recettes de FINANCIERE SUFFREN pour la période postérieure à juin 2004

Ø La lettre de relance du 27/01/2005 a exactement le même masque que celles de CREDIREC

Ø Aucune réponse n'a été apportée à sa demande en date du 31/01/2005 de vous justifier

Ø Aucune réponse aux courriers en date du 31/08/2005 et à la télécopie du 30/09/2005.



Après ce long exposé, notre demande sera simple et ne devrait pas trop vous poser de problèmes vu vos compétences professionnelles pour demander des dettes âgées de 10 à 25 ans?



1. Vous avez la preuve au sens le plus formel du droit français de la validité de votre créance et nous exigeons que vous nous communiquiez dans les plus brefs délais de courrier ces documents

2. Vous n'avez pas de documents ou ceux-ci n'ont aucune valeur juridique.



Dans la première hypothèse, nous procéderons à un examen rigoureux de votre créance et vous ferons part de notre analyse.



Dans la deuxième hypothèse, nous exigeons le remboursement immédiat DE TOUTES LES SOMMES indûment perçues sachant que notre adhérent dispose d'une attestation d'huissier d'une grande valeur



A défaut de réponse dans les plus brefs délais, notre adhérent prend rendez-vous avec son conseil à des fins d'assignation. Une injonction de payer risque d'être plaisante. Est-il utile de vous rappeler que les audiences sont publiques, les jugements aussi et que les médias semblent apprécier ce genre de situation ?



Dans l'attente, nous vous prions d'agréer, Messieurs, l'expression de nos salutations distinguées.



Pour l'UFC,

Le service juridique















Document mis à jour le 30-08-2010
Derniers Articles
Le site www.adc54.o...
SNCF : La hausse de...
ADC LORRAINE : L'ad...
Etudiants de la fac...
ARTECOSA : La cousi...
Permanences

Nancy
Lundi de 18h00 à 20h00
Mardi de 10h00 à 12h00
Mercredi de 18h00 à 20h00

Pont-à-Mousson
Lundi de 18h00 à 19h00
Mercredi de 18h00 à 19h00

Vanrangéville
Mercredi de 18h00 à 19h00

Lunéville
Vendredi de 13h30 à 16h00

Golbey
Lundi de 14h00 à 16h00

Bar Le Duc
Samedi de 9h00 à 12h00

Top 10
1.CREDIREC - FINAN...
2.La farandole des...
3.La mondialisatio...
4.PRATIQUES INACCE...
5.Numéricable / Se...
6.Sociétés de reco...
7.La lutte contre ...
8.Opérateurs de té...
9.La liquidation j...
10.Prélèvements aut...
Lettres d'informations

E-mail

Abonnement
Désabonnement

.
RCS Nancy 330 995 515 / Responsable juridique : Guy Grandgirard / Copyright © Association de Défense des Consommateurs de Lorraine - 1999 - 2017
Contact : contact@adc54.fr / Hébergement : OVH

Ce site a été déclaré à la C.N.I.L. sous la référence n° 663713, délivré en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.